sondage

Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 13:40

الدكتور بختاوي : بالدليل والحجة الجزائر اغنى بلد في العالم

 

 link

Par LAGHOUATI - Publié dans : ASSOCIATION"EL ARGOUB" - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 13:23
Par LAGHOUATI - Publié dans : اسلاميات ISLAMYATES - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 12:20

Radio Shabab : un média qui doit « chauffer » doucement


Par Mohamed-Seddik LAMARA


A l’Ecole Nationale Supérieure de Journalisme (ENSJ), un grand sociologue de l’information nous disait que les nouveaux moyens de communication limités, à l’époque ,à la radio, à la télévision et au cinéma,  sont des médias chauds qui demandent un patient investissement en ingéniosité à être constamment au plus près des attentes du public cible. Aujourd’hui que ces moyens se sont développés en d’extensives galaxies grâce à internet, il est évident que l’acquisition d’un audimat appréciable ne peut se réaliser du jour au lendemain tant le zapping est devenu une pratique quasi pathologique chez les auditeurs. Pour soulager nos amis, le Dr Kelbit et  Semahi qui se désolent de la tiédeur participative des laghouatis  en faveur de leur toute jeune radio, je dis qu’il est encore trop tôt pour se faire une idée de la fidélité de ces derniers après  seulement trois émissions. A ce propos je me permettrais de recourir à cette formule : Radio Shabab, est un média qui doit « chauffer » doucement tel un met sur un feu doux mijotant patiemment.

 

Alors ne vous laissez pas envahir par le découragement. Mohamed Hadj Aïssa multipliera encore les appels pour recruter d’avantage de fans à cette radio qui, quand bien même apparemment « boudée », a le grand mérite d’exister. Bon courage, nous sommes avec vous. Après les maladies de jeunesse, radio Shabab, se hissera, in Chaa Allah, avec succès à l’âge adulte.

Ne doutant nullement des préalables pris par eux dans la confection du profil de leur radio je me permets de soumettre au DR Kelbite et à Semahi cet article : « comment réaliser une bonne émission radio » que j’ai déniché sur le web. MSL


Comment réaliser une bonne émission radio ?         

  


Les animateurs consacrent de plus en plus de temps à l’élaboration de leur émission radio, mais est-elle bien élaborée pour autant ?

Aujourd’hui Radio King vous propose de revoir ensemble les points-clés pour réaliser une bonne émission radio.


Préparez votre émission en amont.


Il y a mille et une possibilités de concevoir votre émission radio. C’est à vous de décider de la forme et des contenus en fonction de l’émission que vous souhaitez soumettre à vos auditeurs. Faites des recherches sur le thème de votre émission pour qu’une fois à l’antenne vous puissiez apporter des anecdotes, du contenu et de l’information pertinente à vos auditeurs.

Quelques points-clés qui pourront vous aider dans la préparation de votre émission :

  

. Préparez la programmation musicale et les jingles de votre émission.

. Validez les contenus et les différentes interventions prévues avec un scénario de votre émission.

. Accordez-vous une marge d’erreur sur la durée de votre émission.

. Effectuez une vérification de vos éléments techniques avant le direct.

Confirmez les intervenants et les invités de votre émission.

. Planifiez les publicités de vos annonceurs en fonction du thème de votre émission.

 

Gardez le contrôle de votre émission:


Utilisez le scénario que vous avez préparé, il vous servira de guide tout au long de votre émission. Ainsi vous êtes sur de tenir les temps fixés et tenir le rythme prévu.

  

. Présentez-vous toujours en début d’émission.

. Expliquez clairement votre émission en quelques mots et le sujet du jour au début de l’émission.

Invitez vos intervenants le temps d’une pause musicale ou publicitaire pour un enchainement parfait à l’antenne.

. Vos interventions doivent rester assez courtes afin de ne pas perdre d’auditeurs. Pensez donc à faire régulièrement des interruptions musicales ou ponctuer vos interventions avec des chroniques et des reportages audio.

. Dynamisez votre émission avec des jeux/concours à l’antenne ou sur vos réseaux sociaux.

Partagez les anecdotes et informations préparées en amont.

 

Analysez les retours de votre émission:


Analysez les retours de votre émission radio est devenu indispensable. Il paraît notamment impensable pour les animateurs qui souhaitent se perfectionner de ne pas effectuer une veille auprès de ses auditeurs.

  

. Analysez votre page Facebook, et les dédicaces/commentaires sur votre site radio.

Débriefez avec votre équipe et les intervenants pour recueillir l’avis de chacun.

. Vérifiez sur le Twitter les avis de l’émission avec le hashtag de votre Radio.

. Contrôlez directement vos performances depuis votre Manager Radio King.

 

Nous espérons que ces conseils vous seront utiles, et nous attendons les vôtres en commentaires !

 

Par LAGHOUATI - Publié dans : Med Seddik LAMARA - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 11:53

LAGHOUAT, DIGNITÉ ET FIERTÉ POUR L’ÉTERNITÉ DE KAZI HADJ MAHMOUD

Histoire d’une ville et de ses habitants

 

Par AREZKI BOUAHAMAM

    

A 83 ans, tel un volcan qu'on croyait éteint, Kazi Hadj Mahmoud a réussi à faire jaillir des tréfonds de sa tendresse, d'incommensurables trésors enfouis dans la mémoire collective. Pari tenu. Le rêve d'écrire un livre sur Laghouat, sa ville natale, et sur son parcours professionnel grâce auquel il a tissé de fructueuses relations avec les hommes férus d'histoire, d'art et de belles lettres, s’est réalisé. En effet, Kazi Hadj Mahmoud a publié son deuxième livre intitulé Laghouat, dignité et fierté pour l'éternité après le premier intitulé Laghouat, ville belle, rebelle et éternelle, paru en 2011. Un ouvrage dans lequel l’auteur s’est intéressé notamment à l'histoire de sa ville, Laghouat, l'histoire de ses hommes et femmes, des traditions de Laghouat, des Laghouatis, de leur résistance à l'occupation en 1852 et en 1954. Ce livre, déjà sur les étalages des librairies, est agrémenté de photographies en noir et blanc de la cité antique des Maghraouas ainsi que des femmes et des hommes, biographies à l'appui, qui ont marqué l’histoire récente de la région à laquelle il n’a pas caché son attachement profond, rassemblées par ses soins durant ses recherches. L'histoire des rues et quartiers de la ville, la palmeraie de Laghouat, de ses maisons entourées de jardins étaient, entre autres, les thèmes et les souvenirs ressuscités par Kazi Hadj Mahmoud. Une bonne partie de cet ouvrage de 775 pages, a été consacré au grand poète Takhi Abdallah Ben Kerriou, qui a chanté l'amour et Laghouat et qui a été classé parmi les dix plus grands poètes d'Algérie par Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris dans son ouvrage Les 10 plus grands poètes d'Algérie. La coexistence et le respect entre musulmans et juifs ont été incontestables selon l’auteur. “Avant la prise de Laghouat, le 4 décembre 1852, par l’armée française, les juifs vivaient en parfaite harmonie, cohabitation et entente avec les Laghouatis. L’allaitement des enfants des mamans juives et musulmanes se faisait mutuellement. Ce procédé a créé une entente et une amitié franche, loyale et sincère, entre les deux communautés, dont les enfants sont devenus à travers les temps et les générations des frères de lait. Durant les années de disette et de famine les femmes nomades se présentaient journellement au quartier juif Z’gagLihoud, avec leurs bébés pour l’allaitement par des juives qui vivaient à cette époque dans l’aisance et la prospérité”, note-t-il dans son ouvrage. Pour rappel, Kazi Hadj Mahmoud est l’un des premiers commis de l'Etat les plus distingués que le tout-Laghouat respecte pour son efficacité et sa prévenance. Pour avoir été, au lendemain du recouvrement de l'indépendance, un des pionniers du processus d'algérianisation de l'administration locale, Mahmoud a réussi à se faire beaucoup d'amis et à tisser un réseau de connaissances notamment plusieurs dizaines de stagiaires de l'Ecole nationale d'administration (ENA) qu'il a eu à encadrer et dont certains ont occupé ou occupent à ce jour, un poste de ministre ou de wali.

Par LAGHOUATI - Publié dans : AREZKI BOUHAMAM - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 10:32

 

 

Naim , notre jeune et talentueux photographe , je reviens à lui chaque fois que me gagne le spleen. Naim est peut-être le meilleur photographe de Laghouat dans le domaine du portrait. Je dis « peut-être » tout en étant certain qu’il est le meilleur après avoir connu presque tous les jeunes et moins jeunes qui ont choisi ce très bel art comme passion ou comme métier.

 

Je me suis faufilé dans la page FB de notre artiste et je vous ai sélectionné quelques photos qui ont cette capacité et cette force de  « parler » aux gens qui savent "écouter"

10850030_609589929168708_2785284725261711947_n.jpg

1509765_759836844084420_1508763754663021066_n.jpg

1558585_753310781403693_4681286776657265080_n.jpg

1964782_752806101454161_2495255464212783674_n.jpg

10801482_753724918028946_7638660255547713702_n.jpg

10846397_753346198066818_4515941068372243897_n.jpg

 

Par LAGHOUATI - Publié dans : MES AMIS PHOTOGRAPHES - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 09:46

Radioshabab a vu le jour il y a quelques semaines . Il se voulait rassembleur de toutes les bonnes volontés , des gens de l’art et de la culture , des jeunes et des moins jeunes. Il a été l’œuvre de l’inlassable Dr.Tahar kelbite toujours aussi ambitieux , toujours prêt à se surpasser pour apporter sa contribution pour rehausser le nom de notre ville et de notre pays .

Cette jeune radio promet beaucoup , elle doit être encouragée et soutenue . Mais malheureusement, c’est loin d’être le cas . L’émission Bassamat qu’anime superbement notre ami Semahi Marfoua en est déjà à son quatrième numéro. Son objet est d’inviter les hommes et les femmes qui ont laissé des empreintes dans l’histoire de notre ville et de notre pays et qui méritent que les jeunes prennent connaissance de leurs parcours, de leurs expériences  Mais malgré ce beau plateau que nous offrent gracieusement nos amis Tahar Kelbite et Semahi Marfoua , on voit peu nos amis intervenir pour apporter leurs témoignages ou poser des questions à travers le skype ou encore en envoyant leurs commentaires sur la page FB de la radio.

J’en parlais hier avec Semahi , il s’est montré assez déçu et même un peu découragé .

 

Je vous lance , chers amis, un appel pour vous demander d’apporter votre soutien à cette jeune radio qui a besoin de vous pour progresser et ne pas se résoudre à l’abandon  comme beaucoup d’autres organes qui l’ont devancé dans cette belle aventure.

Par LAGHOUATI - Publié dans : RADIO SHABAB - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 09:11

بينما كنت أبحث في أوراقي هذا الصباح عثرت على رسالة بعث بها إلي الوالد رحمه الله و أسكنه الفردوس الأعلى أمين

 

 

هده الرسالة كانت ردا عن رسالة بعثتها إليه مستفتيا إياه في الربا


 

و جاء ردّه كالأتي

 

DSC00177.JPG

 

 

Par LAGHOUATI - Publié dans : SOUVENIRS - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 08:36
Par LAGHOUATI - Publié dans : اسلاميات ISLAMYATES - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 26 janvier 2015 1 26 /01 /Jan /2015 08:33

Melh – Kim, Chameau- planton, Camelote et les autres

«Le meilleur d’entre nous est un imposteur » (Nietzsche)

(5ème partie)

Par Mohamed – Seddik LAMARA

 

Black Rock City sur Mer des Boues, 2447

 

« Hef-Lef » est devenue un empire n’obéissant à aucune une norme et, pire, à aucune tutelle. La seule norme étant le pouvoir de l’argent. De l’argent sale surtout, grâce auquel, et outre leur maître Melh-Kim  propulsé au firmament du pouvoir absolu, le domestique Chameau-Planton et le gueux de Camelote, sont devenus de puissants satrapes respectés et adulés. Moins discret que ses acolytes et nanti de l’appui et de la protection de plusieurs représentants de l’autorité locale, Camelote, un inculte avéré, affichait ostentatoirement sa réussite autour de lui. A BRC, Il est devenu le modèle et l’archétype de la nouvelle bourgeoisie urbaine spontanée. En un tour de main il a construit un manoir dans une cité pourtant réservée au gratin de BRC et réussi à avoir pignon sur rue en multipliant ses activités dans une multitude de créneaux : restauration, vente et location  de véhicules, agences immobilières, agences de voyages, fermes aquacoles, bureaux d’affaires et comble de l’affront, des écoles privées de management où l’on enseignait l’art de l’entourloupette et les milles et une recettes pour s’enrichir sans coup férir.

BRC, ex-Boumerdès, ex-Rocher Noir, une ville que d’aucuns considéraient sans Histoire mais avec beaucoup de petites histoires ne sentant pas le jasmin et dont on  se délectait, le soir venu, dans les chaumières des piémonts oubliés, est devenue en moins d’un siècle, une gigantesque mégapole grouillante d’hommes et de femmes fortunés, de golden-boy et de golden-girl  englués dans le lucre et la lassitude entretenue par une sorte d’invariant à géométrie variable, une maladie pernicieuse: la « béercionopathie ».

Les riches ne se mariaient qu’avec les riches. BRC ne comptait plus de mendiants. Tout était clean, aseptisé et fade. Les fêtes religieuses étaient célébrées par mimétisme et non par conviction. Durant l’Aîd El Adha, et faute de nécessiteux, les voisins s’échangeaient des quartiers de viande ; une épaule contre un gigot, un bouzelouf contre une douara pour faire comme si c’était…

La baisse de religiosité se remarquait à tous les coins de rue. Une seule mosquée subsistait sur les piémonts des Ouled Boumerdes ou trônait, naguère, une prestigieuse zaouia. Gare à l’intrus débarquant par accident ou par curiosité à BRC et qui oserait lancer, à la cantonade, un chaleureux « salamou alaykoum ». C’est ringard et mal venu pour les « Béerciens » si précieux et si habitués aux « hallo », « by by », « chaw, chaw » et autres sirupeuses salutations.

11 septembre 1447, (décrétée depuis un siècle, journée de deuil universel), les grattes ciel de BRC émergeaient langoureusement de la brume matinale. Pas âme qui vive dehors. Du large parvenait un gémissement inhabituel ne ressemblant ni aux échos émis par la houle ni par le sac et ressac des vagues. (Suivra…)

 

 

 

Par LAGHOUATI - Publié dans : Med Seddik LAMARA - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 25 janvier 2015 7 25 /01 /Jan /2015 19:26
https://www.facebook.com/video.php?v=1021926441155517&set=vb.197577393590430&type=2&theater
Par LAGHOUATI - Publié dans : BASTA - Communauté : les amis de l'algérie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

VISITEURS LIVE

Catégories

Calendrier

Janvier 2015
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Articles récents

Liste complète

Albums Photos

Voir tous les albums

Recommander

Contact

 

 

 

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés