LE DJELFAOUI DE LAGHOUAT ,HOUYOU NOURREDINE NOUS QUITTE

Publié le par LAGHOUATI

 

                           LE DJELFAOUI DE LAGHOUAT

                        HOUYOU  NOURREDINE

                            NOUS QUITTE

 

 

A Laghouat, Une autre étoile s’est éteinte pour toujours, le deuil nous frappe encore une fois HOUYOU  NOURREDINE Allah Yarehmou nous quitte laissant un grand vide derrière lui parmi sa famille et ses amis de Laghouat et Djelfa.

Comme dans ses habitudes il a était matinal pour partir en ce jour du 27/09/2015 à 6h30 du matin à l’hôpital de Puteaux à Paris, Loin de ses deux chères villes Laghouat et Djelfa qu’il aimait, il est parti à la rencontre de son généreux créateur pour un monde meilleur.

(INA LILLAH OUA INA ILAHI RADJIOUN)

HOUYOU NOURREDINE vient de franchir la porte de l’au-delà Avec obligeance et sans faire de bruit avec tous les honneurs qui distinguent les grands hommes ; avec piété, patience au mal qui le rongé et qu’il toléré et qu’il a combattue avec un grand courage lui qui admettez sa destinée et accepté la volonté de Dieu.

 

 

 

HOUYOU NOURREDINE et né le 20.04.1948 à Djelfa où son honorable père Si Hadj Kaddour Allah Yarehmou s’est installé après avoir été affecté à l’antenne de cette société de transport de voyageurs et de marchandises DOLONI dans laquelle  il a travaillé comme représentant pour Djelfa et le sud Algérien.

 

 

 

HOUYOU NOURREDINE habitait avec sa famille la rue fonte bride au centre-ville de Djelfa ou il suivra sa scolarisation pour le primaire et le moyen ensuite le secondaire au lycée de Boufarik et enfin ses études supérieures à l’université d’Alger, il regagnera Laghouat après le décès de son père Si Hadj Kaddour et entame sa carrière professionnelle en décrochant son premier emploi à  BENEDER puis à la tête de la bibliothèque du Ministère de l’agriculture et enfin il sera nommé comme conseiller auprès du Ministre de l’industrie. 

 

HOUYOU NOURREDINE était très actif dans sa jeunesse en adhérant à plusieurs organisations des jeunes, participera à plusieurs campagnes de reboisement ;

  •  joyeux , il aimait les chants patriotiques ,
  • jouait de plusieurs instruments de musique et en particulier de l’accordéon,
  • En 1962 il rejoint les SMA Al Amal de Djelfa où il sera leur représentant à Alger et finit par être choisi pour représenter les Scouts Algériens à la rencontre des scouts Arabes au Caire.   

Il nous a été donné de vivre avec lui dans des relations de respectueuse amitié, c’est pour cela que cette perte nous est pénible à nous et à tous les membres de sa famille et tous ses amis de Laghouat et Djelfa.

 

Aux membres de sa famille, nous pleurons avec vous Celui que nous venons de perdre qui était notre frère, notre ami et en particulier moi-même qui garde dans mes souvenirs beaucoup de choses que j’ai appris avec lui et si quelque chose peut cependant modérer mon affliction, c’est le souvenir de ses vertus ; aujourd’hui, Inchallah il doit jouir de la félicité réservée aux hommes de bien et qu’il a mérité pour toutes ses bonnes actions dans sa vie.

 

 

Oui ! Allah Yarahmou il nous quitte à jamais en nous privant de sa générosité, sa bonté, son affection, sa gentillesse.

 

Les Citoyens des villes de Laghouat, de Djelfa sont sous le choc à cause de cette perte  brutale qui les endeuillent mais HOUYOU  NOURREDINE restera toujours vivant dans leurs cœurs avec tout le respect qu’il lui ont voué de son vivant,

 

En t’évoquant mon cher frère HOUYOU  NOURREDINE dans la tristesse et l’émotion, je dirai tout simplement  que tu étais connu par tout le monde comme étant le meilleur voisin, le généreux pour tes hôtes et tes amis Nous te reconnaissons que Tu as étais le meilleur père pour tes enfants qui savais les distraire et qui était fier d’eux, le meilleur frère pour tes frères et sœurs, cousins et  le meilleur enfant pour tes parents.

 

HOUYOU  NOURREDINE tu étais pour nous un modèle et un exemple à suivre, et malgré ton départ pour toujours tu resteras vivant dans nos cœurs et nos souvenirs toi qui a voué toute Sa vie au service des autres.   
Nous ne te voyons pas mais tu es toujours là, Présent comme autrefois au tréfonds de nos cœurs Comme si on partageait tes Joies et ton Bonheur la haut ou tu es et Ta mémoire, mon cher ami, ne nous quitte pas.

 

  

·         

·         

·         

·         

·         

·         

·         

·         

·         

·       

·         

 

Publié dans HADJ ALI DJOUDI

Commenter cet article

Mustapha 02/10/2015 20:13

A la fin des années 60, plus exactement en 68, j'avais habité Djelfa pour en ressortir 20 ans après. J'avais connu à cette époque Si Hadj Kaddour Houyou qui tenait une boulangerie située à quelques mètres de la mairie, Un homme pieux, correcte, et très sociable. Il aimait m'évoquer Laghouat d'antan quand je lui rendais visite. Il y avait aussi Si Hadj Mohamed Dahou dit Khannous qui lui aussi tenait une boulangerie et un restaurant, Si Hadj Mohamed Bourez et si Hadj Mohamed Houyou tout deux agents de la Sonelgaz, située en face de la pharmacie Boukerdenna, Regue agent de l'hydraulique, Les Mordjani Mohamed, H'meida (R.Y) leur frere Titi (R.Y) Si Hadj Mohamed Rayane qui lui aussi tenait une boulangerie au carrefour du marché couvert, Il y avait aussi Si Hadj Mohamed Soufari (R.Y) Pas plus d'une douzaine de familles originaires de Laghouat résidait à Djelfa à cette époque (1968/1975) et les familles se rendaient visites de temps à autre. Pour avoir connu le père du défunt, je tiens à adresser mes sincères condoléances les plus attristées à la famille de notre cher disparu. Inna lillah wa inna ilayhi raji3oun