INTEGRISME/CONDAMNATIONS PLUSIEURS INTEGRISTES CONDAMNES POUR MEURTRE, COUPS ET BLESSURES ET DESTRUCTION DE BIENS PUBLICS

Publié le par LAGHOUATI

L’HISTOIRE RECENTE DE LAGHOUAT A TRAVERS LE FIL DE L’APS

Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de  l’APS de 1976 à 1989)

 

REMARQUE : les dépêches sont restituées dans leur forme d’écriture télégraphique obéissant au principe de saisie rapide (SIGNES MAJUSCULES et absence d’accentuation). A charge pour les clients, notamment la presse écrite, de les normaliser dans une écriture classique tout en obéissant au devoir de « sigler » (mention APS) les articles repris en partie ou en totalité. Malheureusement cette clause éthique est, jusqu’à nos jours, peu ou prou respectée par les abonnées qui s’approprient ainsi de fait la paternité de l’information de l’agence.

L’information agencière se distingue, en effet, par l’adoption de trois impératifs : la précision, la concision et la rapidité dans la transmission. A cet égard, une agence d’information est qualifiée de « média des médias » dans la mesure où, elle constitue le fournisseur le plus efficace et le mieux « sourcé » des autres moyens d’information (presse écrite, radio, télévision). Le journaliste d’agence ne signe pas ses papiers. Il est anonyme. Il dispose seulement d’un matricule pour le distinguer de ses autres collègues. Les informations sont subdivisées en dépêches (APS1, APS2, APS 3 etc. suivies à chaque fois de la mention « suivra. »

 

Cela s’est passé le 14 NOVEMBRE 1982

 

APS 01

INTEGRISME/CONDAMNATIONS

PLUSIEURS INTEGRISTES CONDAMNES POUR MEURTRE, COUPS ET BLESSURES ET DESTRUCTION DE BIENS PUBLICS

LAGHOUAT, 14/11/1982 (APS)

 SIEGEANT EN SA TROISIEME SESSION ORDINAIRE, LE TRIBUNAL DE LAGHOUAT A PRONONCE, DIMANCHE DERNIER, DES PEINES D EMPRISONNEMENT D UNE A 15 ANNEES A L ENCONTRE DES TRENTE NEUF (39) INTEGRISTES  ARRETES A LA FIN DU MOIS DE SEPTEMBRE 1981 A LA SUITE DE VIOLENTES MANIFESTATIONS AYANT ENTRAINE PARMI LES AGENTS DE L ORDRE UN MORT ET PLUSIEURS BLESSES AINSI QUE LA DESTRUCTION DE NOMBREUX VEHICULES APPARTENANT AUX SERVICES DE LA SURETE.

LES FAITS AYANT MARQUE CES ECHAUFFOUREES REMONTENT AU 28 SEPTEMBRE DE L ANNEE EN COURS QUAND, SUR PLAINTE DES HABITANTS DE « BEN BADIS » (CASBAH DE LAGHOUAT),  LES FORCES DE L ORDRE SONT INTERVENUES POUR DELOGER DE LA MOSQUEE DE CET ANTIQUE ET CALME QUARTIER UN GROUPE D INTEGRISTES FORCENES QUI EN ONT CHASSE L IMAM ET EN  ONT FAIT  UN QUARTIER GENERAL POUR LEURS FUNESTES DESSEINS.

REFUSANT D EVACUER CE LIEU DE CULTE, LES ASSIEGES ONT, AUX CRIS « D ALLAH OU AKBAR » SAUVAGEMENT AGRESSE LES POLICIERS QUI SONT INTERVENUS SANS ARMES. LES AGENTS DE L ORDRE SURPRIS PAR LA SAUVAGE REACTION DES INTEGRISTES ONT DU SUBIR UN DEFERLEMENT D OBJETS HETEROCLITES ET DANGEREUX DIGNE DES SCENES D AFFRONTEMENTS MOYENAGEUX. JETS DE PIERRES, DE COCKTAILS MOLOTOV, DE BOUTEILLES DE BUTANE ENFLAMMEES, DE CHAUX VIVE… UN « BOMBARDEMENT » DES PLUS HARGNEUX QUI A CAUSE DE SERIEUSE BLESSURES A PLUSIEURS POLICIERS.

CEPENDANT L ACTE LE PLUS GRAVE A ETE PERPETRE PAR LE NOMME HADJ AISSA DJAMEL QUI AVAIT ASSENE UN VIOLENT ET MORTEL COUP DE POIGNARD AU JEUNE AGENT DE L ORDRE, CHENINI CHARGE DE SON ACHEMINEMENT JUSQU AU FOURGON QUI DEVAIT LE DEPOSER AU COMMISSARIAT. LE POLICIER AGRESSE, FILS DE CHAHID, AVAIT SUCCOMBE A SA GRAVE BLESSURE PEU D HEURES AVANT SON EVACUATION AU SECTEUR SANITAIRE DE LAGHOUAT.

 

SUIVRA/APS/MSL/03

 

 

APS 02

INTEGRISME/CONDAMNATIONS

PLUSIEURS INTEGRISTES CONDAMNES POUR MEURTRE, COUPS ET BLESSURES ET DESTRUCTION DE BIENS PUBLICS …. DEUX ET FIN-.

 

TROIS JOURS AVANT CES AFFRONTEMENTS, CE MEME GROUPE S ETAIT ATTAQUE AU SIEGE DE LA SURETE DE WILAYA EN SIGNE DE PROTESTATION CONTRE L ARRESTATION  DE BENSAYAH SAID, APPREHENDE QUELQUES TEMPS AUPARAVANT POUR MOTIFS DE DESERTION  DU SERVICE NATIONAL ET D ORGANISATION D UN GROUPE ARME DANS LE DJEBEL AMOUR (EL GAADA – AFLOU).

DANS SON REQUISITOIRE LE REPRESENTANT DU MINISTERE PUBLIC AVAIT REQUIS LA PEINE CAPITALE A L ENCONTRE DE HADJ AISSA DJAMEL AUTEUR DE L AGRESSION A L ARME BLANCHE CONTRE LE JEUNE POLICIER DECEDE AINSI QUE PLUSIEURS PEINES DE 10 A 2O ANNEES DE RECLUSION CRIMINELLE POUR LE RESTE DES ACCUSES  POUR, ENTRE AUTRES, TENTATIVES DE MEURTRE, REGROUPEMENTS ARMES ET DESTRUCTION DE BIENS PUBLICS.

A L ISSUE DES PLAIDOIRIES DES AVOCATS, LE TRIBUNAL S EST RETIRE POUR DELIBERER A UNE HEURE TARDIVE DE LA NUIT DE SAMEDI. LES PREMIERS CHEFS D INCULPATION RETENUS ONT AINSI ETE DISQUALIFIES   DANS LEUR MAJORITE, NOTAMMENT CELUI DE MEURTRE, EN COUPS ET BLESSURES  AYANT ENTRAINE LA MORT.

TROIS AFFAIRES INSCRITES AU ROLE DE CETTE SESSION CRIMINELLE ET RELATIVES A UN DOUBLE ASSASSINAT, A UN VIOL  ET A DES BLESSURES VOLONTAIRES AYANT ENTRAINE UNE CECITE TOTALE,  SERONT JUGEES LUNDI, MARDI ET MERCREDI PROCHAINS.

APS/MSL/03

 

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article