LAGHOUAT/LUTTE DE LIBERATION BATAILLE DE REG TAOUNZA : UNE GENIALE TACTIQUE DE SUBVERSION

Publié le par LAGHOUATI

LAGHOUAT/LUTTE DE LIBERATION  BATAILLE DE REG TAOUNZA : UNE GENIALE TACTIQUE DE SUBVERSION

L’HISTOIRE RECENTE DE LAGHOUAT A TRAVERS LE FIL DE L’APS

Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de  l’APS de 1976 à 1989)

 

 

Cela s’est passé le 24 mai 1959

 

APS 05

LAGHOUAT/LUTTE DE LIBERATION

BATAILLE DE REG TAOUNZA : UNE GENIALE TACTIQUE DE SUBVERSION

LAGHOUAT, 30/10/1984 (APS)

 

1958 – 1959, LES MONTS DE L ATLAS SAHARIEN S EMBRASENT D EST EN OUEST. LA GAADA, HAUT LIEU DE LA LUTTE DE LIBERATION ET PRINCIPAL CENTRE DE COMMANDEMENT DES OPERATIONS ARMEES MENEES PAR L ALN DANS LES REGION DU DJEBEL AMOUR (AFLOU) ET DE LAGHOUAT AINSI QU AU NIVEAU D UNE LARGE FRANGE DES ZONES SUBSAHARIENNES, EST DEVENUE EN PEU DE TEMPS UN IMMENSE CASSE TÊTE POUR L ARMEE COLONIALE  SUBISSANT DE JOUR EN JOUR DES PERTES ELEVEES AUX ALENTOURS DE SES POSTES IMPLANTES A MESSAAD, AIN EL BEL, SIDI MAKHLOUF, EL ASSAFIA, KSAR EL HIRANE ET LAGHOUAT.

LES HARCELEMENTS DE CES POSTES PA LES COMMANDOS DE L ALN AVAIENT POUR OBJECTIF D ESSOUFFLER LES GIGANTESQUES OPERATIONS DE RATISSAGE MENEES PAR L ARMEE COLONIALE DANS LE DJEBEL AMOUR ET EN PARTICULIER A EL GAADA.

POUR DEROUTER DAVANTAGE  LES FORCES ARMEES D OCCUPATION, L ALN AVAIT FORME UN COMMANDO COMPOSE DE DJOUNOUD AGUERRIS SPECIALISE DANS LE HARCELEMENT ET LA SUBVERSION DES TROUPES ENNEMIES. DES OPERATIONS HARDIES DE SABOTAGE SUIVIS DE RAIDS MEURTRIERS ONT ETE MENEES CONTRE L ENSEMBLE DES POSTES AVANCES DE L ARMEE COLONIALE IMPLANTES AU NIVEAU DES KSOURS SUS CITES. CETTE UNITE LEGERE JOUISSANT D UNE MOBILITE ET D UNE SOUPLESSE TACTIQUE INCOMPARABLES MERITAIT BEL ET BIEN LA REPUTATION QUI LUI AVAIT ETE DECERNEE PAR LES HAUTS GRADES DE L ARMEE COLONIALE : LE COMMANDO FANTOME. PAS SEULEMENT. LES  MULTIPLES ACTIONS QU IL MENAIT EN UNE SEULE JOURNEE DONNAIT AU COMMANDEMENT ENNEMI L IMPRESSION QU IL AVAIT AFFAIRE AU DEPLOIEMENT DU PLUS GROS DES FORCES DE L ALN QUI SE SERAIENT DISCRETEMENT DEPLACE DE LA GAADA  JUSQU A KSAR EL HIRANE, PLUS PRECISEMENT A REG TAOUNZA THEATRE D UNE APRE  ET QUASI IMPROMPTUE BATAILLE.

(SUIVRA)/MSL/03

 

APS 06

LAGHOUAT/LUTTE DE LIBERATION

BATAILLE DE REG TAOUNZA : UNE GENIALE TACTIQUE DE SUBVERSION…. DEUX ….

 

REG TAOUNZA, EL GHABEG DES NOMS DE LIEUX DITS QUI EVOQUENT LES FERTILES TERRES ALLUVIONNAIRES ENGENDREES PAR LES SECULAIRES ET FECONDES CRUES DE L OUED M ZI. CETTE ZONE A QUELQUES KILOMETRES DE LA COMMUNE DE KSAR EL HIRANE ET DISTANTE D ENVIRON 50 KMS DE LAGHOUAT, GARDE ENCORE JALOUSEMENT AU MILIEU D UNE LUXURIANTE  VEGETATION SPONTANEE DE TAMARIX ET DE G TAF, LES TRACES INDELEBILES DE CETTE GLORIEUSE BATAILLE LIVREE PAR CE COMMANDO A UNE FORTE CONCENTRATION DE L ARMEE FRANCAISE.

24 MAI 1959, A EL GHABEG, EN PLEIN MILIEU DU REG TAOUNZA LES POPULATIONS NOMADES S APPRETAIENT FEBRILEMENT A LA RECOLTE DE L ORGE. UNE MOISSON PROMETTEUSE. LE COMMANDO DE L ALN QUI S Y TROUVAIT CE JOUR LA  ETAIT A PEINE ARRIVE DE MESSAAD OU IL AVAIT ATTAQUE PLUSIEURS POSTES ENNEMIS. A PEINE QU ILS AIENT COMMENCE A GOUTER A U N REPOS MERITE, LES DJOUNOUDS FURENT INFORMES PAR UN MOUSSEBEL  D UN IMMINENT ET VASTE MOUVEMENT DES TROUPES COLONIALES VISANT A LES ENCERCLER.

AU  NOMBRE DE TRENTE SIX (36), LES MEMBRES DU COMMANDO ENTREPRIRENT DE MENER UNE TEMERAIRE OPERATION DE SUBVERSION AVEC A LA CLE UNE TACTIQUE POUR INDUIRE EN ERREUR L ENNEMI AVEC CETTE IDEE QU IL AVAIT AFFAIRE A UN BATAILLON. SE SCINDANT EN PLUSIEURS GROUPES LE COMMANDO PRIT LE SOIN DE HARCELER L ENNEMI FORT DE PLUSIEURS CENTAINES DE FANTASSINS PAR TOUS LES FLANCS ET CE EN DEPIT DE L INTENSITE DES BOMBARDEMENTS EFFECTUES PAR L AVIATION APPELEE EN RENFORT DEPUIS LAGHOUAT ET AFLOU.

(SUIVRA) APS/MSL/03

 

APS 07

LAGHOUAT/LUTTE DE LIBERATION

BATAILLE DE REG TAOUNZA : UNE GENIALE TACTIQUE DE SUBVERSION…. TROIS ET FIN-.

 

LE STRATAGEME DU COMMANDO FIT MOUCHE : PRISES DE REVERS MEME DE L INTERIEUR LES TROUPES COLONIALES CRURENT AVOIR ETE PRISE EN ETAU PAR UN IMPORTANT MOUVEMENT DE DJOUNOUD. SITUATION QUI SUSCITA DES ORDRES ET DES CONTRE ORDRES AU SEIN DU COMMANDEMENT ENNEMI ET UN UBUESQUE DESORDRE QUI S EST SOLDE PAR DE SANGLANTS AFFRONTEMENTS ENTRE LES SOLDATS FRANÇAIS SE PRENANT RESPECTIVEMENT POUR ENNEMIS A LA TOMBEE DE LA NUIT. COIFFES DE CASQUETTES PRISES A DES SOLDATS TUES, LES DJOUNOUDS  EVOLUAIENT A L AISE SUR UN TERRAIN QU ILS CONNAISSAIENT DANS SES MOINDRES REPLIS. L ENCERCLEMENT ENGAGE PAR L ENNEMI FINIT PAR S EFFILOCHER EN SPIRALE, TOURNURE QUI PERMIT AUX VALEUREUX DJOUNOUDS D ETRE A COUVERT ET DE REPLIQUER A CHAQUE FOIS PAR UN TIR NOURRI ET BIEN CIBLE.

CE N EST QU AU PRIX  D UN MASSIF BOMBARDEMENT AU NAPALM INCENDIANT LE MAQUIS QUE L A RMEE FRANCAISE A PU SE RENDRE COMPTE DE SA LOURDE MEPRISE. CENT UN (101) SOLDATS TUES, AUTANT DE BLESSES ET DEUX AVIONS DE RECONNAISSANCES ABATTUS ;  LE COLONEL TRUMAI DE LA GARNISON DE LAGHOUAT QUI DIRIGEAIT L OPERATION  EST RESTE COI FACE A UN TEL BILAN D AUTANT PLUS QU IL AVAIT EN FACE DE LUI LE GENERAL THEN COMMANDANT DES FORCES ARMEES DU DEPARTEMENT DES OASIS ACCOURU SUR LES LE CHAMPS DE BATAILLE POUR MESURER L AMPLEUR DE CETTE DEROUTE. LE HAUT GRADEE DE L ARMEE COLONIALE NE PARVENAIT PAS A ACCEPTER UNE AUSSI CUISANTE DEFAITE INFLIGE PAR UN LEGER COMMANDO DE L ALN ALORS QUE SON SUBALTERNE LUI AVAIT AFFIRME AVOIR ACCROCHE  LE PLUS GROS DES EFFECTIFS DE L ALN QUI SELON LUI EST DESCENDU EN PLUSIEURS JETS DEPUIS LA GAADA. DOULOUREUSE MEPRISE S IL EN EST QUI RAPPELLE A BIEN DES EGARDS LE SCENARIO D UN MINI DIEN BIEN PHU.

 EN EFFET, LE CHAMPS DE BATAILLE PARLAIT DE LUI-MEME. LES POPULATIONS ENVIRONNANTES DE REG TAOUNZA ASSISTERENT IMPUISSANTES A L INCENDIE DE LEURS MAISONS ET DE LEURS RECOLTES EN GUISE DE REPRESAILLES. LE COLONEL TRUMAI RASSEMBLA LES NOMADES MALES ET LES LIGOTA POUR LES PRESENTER AU GENERAL THEN EN TANT QUE DJOUNOUD DE L ALN FAITS PRISONNIERS. LE COMMANDANT DES FORCES ARMEES DU DEPARTEMENT DES OASIS, APRES AVOIR QUESTIONNE TROIS DJOUNOUD DU COMMANDO BLESSES AU COURS DE LA BATAILLE FUT EDIFIE DE LA LACHE DUPLICITE DU COLONEL TRUMAI A QUI IL INTIMA L ORDRE DE LIBERER LES NOMADES FAITS PRISONNIERS ET DE CONSIDERER LES DJOUNOUD SURVIVANTS EN TANT QUE PRISONNIERS DE GUERRE ET NON EN TANT QUE FELLAGA.

BLESSE AU PLUS PROFONDE DE SON ETRE, LE COLONEL TRUMAI  SE SUICIDA LE LENDEMAIN  DANS SA JEEP A LA SORTIE NORD DE LAGHOUAT. AVANT DE SE DONNER LA MORT, IL PRIT LE SOIN DE LAISSER SUR LA BANQUETTE DU VEHICULE UN MESSAGE DANS LEQUEL IL RELATA  AVEC MOULT DETAILS LE FILM DE CETTE APRE BATAILLE.

APS/MSL/03

 
 
 
 

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article