L’HISTOIRE RECENTE DE LAGHOUAT A TRAVERS LE FIL DE L’APS Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de l’APS de 1976 à 1989)

Publié le par LAGHOUATI

 
Seddik Lamara 
1 h
 

L’HISTOIRE RECENTE DE LAGHOUAT A TRAVERS LE FIL DE L’APS
Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de l’APS de 1976 à 1989)

Cela s’est passé le 27 juin 1988 à Laghouat 
« Pour commander à la nature, il faut d’abord obéir à ses lois »

LA VILLE DE LAGHOUAT ET SES ENVIRONS ONT, A LA FIN DE LA JOURNEE DU DIMANCHE DERNIER, VECU UNE SCENE APOCALYPTIQUE JOUEE PAR LES ELEMENTS DE LA NATURE DECHAINEE : TROMBES DE PLUIE, AVALANCHES DE GRELE ET VENTS RAGEURS CHARRIANT DES MONCEAUX DE SABLE ONT, SANS AVERTIR, ENVAHI LA PAISIBLE OASIS.
LE CIEL AUPARAVANT D UN BLEU LIMPIDE S EST SUBITEMENT AFFLIGE. DES REGARDS INQUIETS SE TOURNENT VERS LE NORD-OUEST. UN GIGANTESQUE NUAGE DE POUSSIERE OCRE, DECHIRE PAR DES ECLAIRS, SE DESSINE A L HORIZON. LE VENT S EST RAPIDEMENT GONFLE POUR ATTEINDRE UNE VITESSE DE PRES DE 100 KM/H. EN QUELQUES SECONDES, UN DECOR DANTESQUE S EST PLANTE DANS LA VILLE JARDIN. JAMAIS DE MEMOIRE D HOMME, AFFIRME-T-ON- ICI, L ON A ASSISTE A UN SI VIOLENT DECHAINEMENT DE DAME NATURE. LA NUIT A PROMPTEMENT SUCCEDE AU JOUR. HURLEUSE, DRUE ET TOURBILLONNANTE LA TEMPETE DE SABLE S EST MELE A UN DELUGE DE PLUIE ET DE GRELE POUR CISAILLER ET HACHER SUR SON PASSAGE BRANCHES ET FEUILLAGES. 
LE JOUR D APRES QUAND LES ELEMENTS SE SONT APAISES, LA VILLE OFFRAIT AUX REGARDS UN PAYSAGE DE DESOLATION : BOULEVARDS ET ALLEES BOISEES, RUE ET RUELLES SLALOMANT DANS LES PROFONDES PALMERAIES ETAIENT TAPISSEES D UN HACHIS DE FEUILLES QU ON DIRAIT PASSEES AU MIXER ET DE GRELONS NON ENCORE FONDUS ET DONT CERTAINS ATTEIGNAIENT LA GROSSEUR D UN ŒUF DE PIGEON.

LE CARACTERE SUBIT ET INOPINE DE CE VIOLENT COCKTAIL DE TEMPETES DE PLUIE, DE GRELE ET DE SABLE A SURPRIS NOMBRE DE CITOYENS DONT CERTAINS SORTANT DES MOSQUEES APRES LA PRIERE DU MAGHREB OU S EN RETOURNANT DES JARDINS, ONT SUBI DE SERIEUSE BLESSURES OCCASIONNEES PAR LA CHUTE D ARBRES, DE PALMIERS ET DE GRELONS. LES VEHICULES STATIONNES LE LONG DES RUES ONT, ELLES AUSSI, EU LEUR PART DE CE DECHAINEMENT DE LA NATURE EN SE FAISANT COPIEUSEMENT CABOSSEES.
LES ELEMENTS DE LA PROTECTION CIVILE SONT RESTES DURANT TOUTE LA NUIT ET JUSQU AU LENDEMAIN SUR LE QUI VIVE POUR APPORTER AIDE ET ASSISTANCE AUX FAMILLES PRISES AU PIEGE DE CE PHENOMENE CLIMATIQUE INEDIT.
LE SECTEUR AGRICOLE A ETE NOTABLEMENT TOUCHE PAR CES INTEMPERIES. ON SIGNALE, ENTRE AUTRES, L INONDATION ET L ENSABLEMENT D IMPORTANTES SUPERFICIES AGRICOLES MARAICHERES ET DES VERGERS SINISTRES PAR LA GRELE A LAGHOUAT, AFLOU ET AIN MADHI. LA COMMUNE DE HASSI R MEL EST LA SEULE A AVOIR ETE EPARGNEE PAR CES TEMPETES. LE RESEAU ELECTRIQUE ET TELEPHONIQUE A EGALEMENT ETE SERIEUSEMENT IMPACTE ET A NECESSITE L INTERVENTION DES EQUIPES DE MAINTENANCE DE LA SONELGAZ ET DES P ET T. UNE COMMISSION EST A PIED D ŒUVRE POUR EVALUER LES DEGATS PAR SECTE
UR.

 
Photo de Seddik Lamara.
Photo de Seddik Lamara.
Photo de Seddik Lamara.
Photo de Seddik Lamara.

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article