UN SOIR QUE JE REGARDAIS LE CIEL PAR VICTOR HUGO

Publié le par LAGHOUATI

UN SOIR QUE JE REGARDAIS LE CIEL PAR VICTOR HUGO

Ô souvenirs ! trésor dans l'ombre accru !
Sombre horizon des anciennes pensées !
Chère lueur des choses éclipsées !
Rayonnement du passé disparu !
Comme du seuil et du dehors d'un temple,
L'oeil de l'esprit en rêvant vous contemple !

Quand les beaux jours font place aux jours amers,
De tout bonheur il faut quitter l'idée ;
Quand l'espérance est tout à fait vidée,
Laissons tomber la coupe au fond des mers.
L'oubli ! l'oubli ! c'est l'onde où tout se noie ;
C'est la mer sombre où l'on jette sa joie.

Extrait de: 
Les contemplations (1856)

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article