ECRIRE, C’EST PEINDRE DES MOTS Par Mohamed-Seddik LAMARA

Publié le par LAGHOUATI

ECRIRE, C’EST PEINDRE DES MOTS

 

Par Mohamed-Seddik LAMARA

 

ÉCRIRE ... ÉCRIRE ... ÉCRIRE ... ÉCRIRE ... ÉCRIRE ... ÉCRIRE.

 

 

ÉCRIRE, EST UN ACTE MAJEUR ! ÉCRIRE, EST UN ART A PART ENTIÈRE CAR, ÉCRIRE C'EST PEINDRE DES MOTS.

JUSTE APRÈS LA BALBUTIANTE OUVERTURE DÉMOCRATIQUE POST- OCTOBRE 1988, LES PLURALISMES POLITIQUE ET MÉDIATIQUE ONT ÉTÉ INAUGURES PAR UNE DÉBAUCHE DE PARTIS ET DE TITRES DE PRESSE.

LA LIBERTÉ DE TON AFFICHÉE, ALORS, TANT PAR LES NÉO TRIBUNS DE LA CHOSE POLITIQUE RECRUTES LE PLUS SOUVENT DANS LA FANGE BRASSÉE PAR LE "GIROUETTISME" QUE PAR DES JOURNALISTES QU'ON DIRAIT ISSUS D'UNE GÉNÉRATION SPONTANÉE, AVAIT PROVOQUE UNE INDESCRIPTIBLE CACOPHONIE.

LUTINS DE PARTIS "SANAFIRS", JOURNALISTES A LA PETITE SEMAINE, ÉCRIVAILLONS ET AUTRES BAVEUX ACTIONNES PAR LE RÉFLEXE PAVLOVIEN, S'EN SONT DONNE A CŒUR JOIE POUR INSULTER, DIFFAMER, OSTRACISER, CRUCIFIER, AVILIR, MÉDIRE, ROULER DANS LA BOUE DE L'INQUISITION DES INSTITUTIONS ET DES PERSONNES HONORABLES.

UN JOUR EXCÉDÉ PAR CETTE CURÉE DONT RAFFOLAIENT LES PLUMITIFS DE L'ÉPOQUE J'AVAIS OSE CES MOTS PARUS EN BONNE PLACE DANS UN QUOTIDIEN: "toutes les fois que je suis face à une feuille blanche, un indicible trac m'envahit. Celui la même éprouvé par un puceau en noces avec une vierge nubile qu'il doit honorer de sa virilité d'homme probe et sans tâche." COMME JE L'AVAIS PRESSENTI, CE BILLET AVAIT PLU A MES CONFRÈRES, MAIS PROVOQUE L'IRE HARGNEUSE DES FRÈRES...CONS.

 

 
 
Zone contenant les pièces jointes
 
 
 
 

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article