"Poème pour Laghouat" - Essai de Djamal Soukehal-

Publié le par LAGHOUATI

"Poème pour Laghouat" - Essai de Djamal Soukehal-
"Poème pour Laghouat" - Essai de Djamal Soukehal-

je m'amuse ....je ne me connais pas en poésie....j'ai adapté cet excellent poème en un poème pour Laghouat 

 

Joachim Du Bellay (Liré 1522-Paris 1560)

 

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison, 
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge ! 

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison 
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage ? 

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux, 
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin, 
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.
Les Regrets 

 

Poème revu et adapté pour la circonstance 

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison, 
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge ! 

Quand reverrai-je, hélas, de la mosquée de Molinari
Fumer la cheminée, et en quelle saison 
Reverrai-je le jardin de ma pauvre maison,
Qui m'est tel un éden peuplé de canaris 

Plus me plaît le haouch qu'ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux, 
Plus que le marbre dur me plaît le gualb fin,

Plus mon Oued M'zi que le Touil algérien, 
Plus ma petite seguia que l'Atlas Tellien,
Et plus que l'air marin le climat oasien.

Les Regrets 

 

Publié dans Djamel-soukehal

Commenter cet article

Dania 19/01/2016 15:41

Dommage pour "l'air marin" M SDA (lol)... mais une âme poète qui se fraie chemin!!
Cordialement.

lamara 18/01/2016 20:48

Bravo Djamal, ça coule de source comme l'oued M'Zi quand il devient serein. Rassure toi tu n'est pas un aède en herbe, tu es un poète accompli qui ferait jalouser un Abdallah Taqhi Ben Keriou. Continue à nous épater digne fils de si Ahmed, l'homme au cœur gorgé de tendresse et à la main si verte, Allah yarhamou.