Si Mohamed Brahimi: un fabuleux parcours-Partie 3-

Publié le par LAGHOUATI

Si Mohamed Brahimi: un fabuleux parcours-Partie 3-

Dans la troisième partie de l’article sur notre ami si Mohamed Brahimi je vais aborder certains traits importants de sa personnalité qui lui valent à ce jour les éloges de tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui ou seulement de l’avoir croisé.

Première grande qualité qui a  retensu mon attention dès notre première rencontre , c’est son humilité . Il était chef de district , ensuite directeur , enfin Directeur général adjoint de l’une des plus grandes entreprises de forage du monde , cela a de quoi monter à la tête de certaines personnes mais si Mohamed était resté le même homme ,humble , à l’écoute de tout le monde , pleinement conscient de sa responsabilité et du sens avec lequel elle doit être entendue.il le sait parce qu’il a reçu de son père les grandes valeurs de don de soi, de sacrifice et de respect d’autrui . Il le sait parce qu’il a vécu de durs et pénibles moments dans sa vie d’enfant , dans une famille pauvre , sans beaucoup de ressources mais oh combien pleine de foi en Dieu et au destin qu’il choisit pour chacune de ses créatures. Il le sait parce qu’il a la conviction inébranlable que son humilité devant les créatures de Dieu est un acte de dévotion qu’il doit au seigneur des mondes qui l’a  gratifié de ses faveurs en le hissant à ces grandes responsabilités , c’est une façon pour lui de remercier son bienfaiteur . Quelle noblesse , mes amis et quelle saine compréhension de l’adoration !

Deuxième grande qualité de si Mohamed , sa fidélité à ses amis , à ses anciens collaborateurs , à ceux qui ont vécu avec lui les bons et les mauvais jours . Il n’oublie personne, il les a conservés soigneusement  bien au chaud dans son immense cœur . Il a évoqué hier devant moi la colonie de vacances dans un camp à Gouraya en 1953 .  Les années ont passé depuis , plus d’un demi-siècle , et pourtant il se souvient des noms de ses jeunes compagnons de Laghouat avec lesquels il n’était , pourtant, resté qu’un mois. Comme il se souvient des noms des personnes qu’il avait trouvées avant lui sur le chantier en 1956 et qui lui avaient appris les rudiments du forage . Lui, l’as du forage qu’il est devenu aujourd’hui, ne manque pas de rendre hommage avec une grande humilité à ces modestes manœuvres qui l’ont initié au forage et lui ont inculqué l’amour et la passion de ce métier dangereux.

Autre grande qualité de si Mohamed l’amour qu’il a pour son pays et pour ses compatriotes .Un jour qu’il supervisait les opérations d’extinction du rig qui a pris feu , il encadrait des jeunes cadres de SH  constitués en équipe pour assister un expert américain venu tout droit des USA : l’américain refusa aux jeunes algériens de trop s’approcher du rig et de rester à l’écart . Si Mohamed piqua une terrible colère contre l’américain :

  • Vous avez Monsieur vous êtes sur une terre algérienne , l’appareil est algérien  et eux ce sont des algériens et ils ont le droit de voir et d’apprendre pour qu’ils puissent tenir votre place , sachez le définitivement !
  • Je voulais seulement leur éviter le danger qu’ils encourent s’ils s’approchent trop.
  • Nous sommes tous embarqués dans la même galère et nous encourrons tous les mêmes risques , OK ?
  • OK , Monsieur Brahimi , à vos ordres !

Voilà c’est peu de choses sur si Mohamed mais je vous promets que je vais aller plus loin avec lui en essayant de fouiner encore davantage sur son long parcours qui ne peut être relaté en quelques lignes .

Alors salut si Mohamed , Attendez-vous de me voir assez souvent dans votre bureau pour vous « arracher « tout ce que vous n’avez pas encore dévoilé.

 

 

 

Commenter cet article

Bouguerra 07/01/2016 17:44

Un jour , alors que je me trouvais dans son bureau, il fit convoquer un technicien américain à l'origine d'un important retard sur un chantier pour lui passer un savon que celui-ci n'a sans doute pas oublié...Ce technicien ne cessa de s'excuser ! Tête basse il quitta le bureau.

MOHAMED HADJ AISSA 07/01/2016 17:52

merci Rabah , tu ajoutes de l'eau à mon moulin