Tableaux d'orientalistes-3-

Publié le par LAGHOUATI

Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-
Tableaux d'orientalistes-3-

Commenter cet article

Dania 14/01/2016 10:44

PS/
Dédié aussi à Halima, Une belle tenue à porter élégamment "chez elle!!"

Dania 14/01/2016 10:27

Sabah el kheir!!

Suite à l'hommage à la Kachabia et au Burnous envoyé par votre ami MMHebboul, que j'aurais aimé dire "mon ami" aussi ... qui voient leur confection menacée par le "Made in..."
Heureusement, pour eux, ces vêtements dont le port singulièrement masculin, leur vie n'est pas aussi menacée que celle du Sarouel ou du Haik, représentés sur ces peintures d'orientalistes rappelant une époque révolue!!

La Haik!!

Le Haik, jusqu'à l'éternité,
Le Haik, un cachet, une identité.
Le Haik, une étoffe blanche pour les balades,
Le Haik, est simple, drapé pour les escapades.
Le Haik "bou3wina" vêtu,
Celle qui le porte voit sans être vue.
Le Haik "Wa'3jar" est "Mrama" par excellence.
Pour Elle, pour son charme et pour son élégance.
Le Haik, un ajustement soyeux, un cérémonial,
Le Haik restera une Séduction, une enue Royale.

Le Sarouel, Ahhh, Le Sarouel!!

Le Séroual, un vêtement commun porté aussi bien par les femmes que par les hommes.
Le Sarouel appelé Séroual "m'dawar" pour sa forme ronde ou Séroul "ezzenka" pour exprimer son port réservé en dehors de la maison.
Le Sarouel "mdawar" par rapport à Sarouel "echalka" Ce dernier est échancré sur les côtés, laissant entrevoir les jambes. Il est porté exclusivement par les femmt es.
Le Sarouel "mdawar" est confectionné en deux pièces, avec six mètre de tissu. Il est maintenu à la taille de la femme par une ceinture de laine tressée manuellement aux couleurs et motifs multiples.
Dans ma région, cette ceinture est nommée "Tekka." On l'attache à un trou percé à l'extrémité d'une tige de bois lisse et on la fait glisser le long des six mètres, pour réaliser ainsi des fronces, des petits plis qui forment un Sarouel bouffant et on finit par un noeud devant.
Le Sarouel, est cousu sur les côtés et à l'extrémité inférieure, laissant deux ouvertures qui se resserrent chacune sur une jambe, juste au-dessus des chevilles. Des chevilles parfois tatouées et souvent ornées de" Khalkhals" ces bijoux, ciselés et massifs qui méritent, eux aussi, un "Arrêt sur image!!"

Tout cela me rappelle ma grand-mère qui était une grande artisane de cette tenue, Le Sarouel "mdawar" qu'elle portait aussi jusqu'en 1988 où elle décède à l'âge de 95 ans!!

Dania.