La plus belle farce de si Abderrahmane : la chasse au fennec.

Publié le par LAGHOUATI

La plus belle farce de si Abderrahmane : la chasse au fennec.
La plus belle farce de si Abderrahmane : la chasse au fennec.
La plus belle farce de si Abderrahmane : la chasse au fennec.

Une autre farce de notre ami hadj Abderrahmane Gueffaf qui doit dater des années 70.

Un jour , un missionnaire d’Alger est venu à Hassi-Messaoud . Il était jeune marié et voulait faire plaisir à sa dulcinée en lui rapportant un fennec comme elle avait souhaité. Si Abderrahmane eut vent de l’affaire  et se frotta les mains de la belle occasion qui venait de se présenter à lui de frapper un grand coup en puisant dans son grand sac des « farces et attrapes »

  • Vous voulez donc un fennec ?
  • Oui…Oui…Cela fera tellement plaisir à ma femme qui attend que je lui en ramène un de Hassi-Messaoud.
  • C’est facile , on ira ce soir en attraper un . Je te dirai comment faire : tu viendras avec un sac et des bougies .
  • Ok, entendu , je serai au rendez-vous

Le soir venu , le jeune « innocent » est au rendez-vous , attendant avec grande impatience cet instant qui va lui permettre d’attrape run fennec qu’il offrira à sa nouvelle épouse qui en sera ravie.

Si Abderrahmane fit monter le jeune homme à bord de la land-rover qui se dirigea vers les dunes un peu à l’écart de l’agglomération.

Une fois arrivés , si Abderrahmane fit aux jeune homme ses dernières recommandations :

  • Tu vas t’installer sur cette dune , tu allumes tes bougies  tout autour de toi , tu te tiens au milieu avec ton sac à proximité de la main prêt à contenir le fennec . Tu commenceras ensuite à siffler et à taper des mains jusqu'à ce que le fennec vienne vers toi , à ce moment-là tu ouvres ton sac et tu le mets dedans . Et surtout ….Ne t’arrêtes pas de siffler et de taper des mains… Moi , je vais me mettre à l’écart pour que le fennec ne prenne pas peur .

Le jeune homme se conforma à toutes les consignes qui lui ont été données par si Abderrahmane qui arrivait très difficilement à contenir son rire à la vue de ce « jeune fou » qui n’arrêtait pas de siffler et de taper des mains dans un décor magnifique : dunes , lumière des bougies, soleil déclinant …

Au bout de quelques minutes après une petite éclipse , hadj Abderrahmane revient avec les menottes au mains au milieu de gendarmes.

Si Abderrahmane n’arrêtait pas de se lamenter et de pleurer son sort devant des gendarmes aux visages sévères ,ne montrant aucun signe de compassion ,

  • Vous ne savez pas que la chasse du fennec est interdite ? Aussi interdit que celle de la gazelle
  • Je le sais mais j’ai voulu faire plaisir à ce jeune qui voulait offrir un fennec à sa jeune épouse
  • ( le Chef de brigade s’adressant à l’un de ses gendarmes) :Ah oui….Viens-là toi aussi ( s’adressant au jeune algérois)  …. Mets-lui les menottes …

La voiture de la gendarmerie démarra vers la brigade avec à son bord les « deux dangereux chasseurs de fennecs » . Hadj Abderrahmane « s’amusait » même à verser des larmes pour apitoyer les gendarmes.

Une fois arrivés les « deux prisonniers » furent séquestrés dans une pièce et un gendarme commença à rédiger son procès-verbal . Le jeune algérois était effondré devant l’ampleur prise par l’affaire . Il a eu beau supplier les gendarmes, rien n’y fit .

Une fois laissés seuls dans une pièce , hadj Abderrahmane , voyant le jeune homme , mort de peur et craignant le pire , lui confia qu’il allait essayer d’amadouer le chef de brigade en se « pliant » à  ce qu’il pourrait bien leur demander .

  • Tu es prêt à t’exécuter s’il nous demande quelque chose
  • Oui , bien sur …Je suis prêt à tout , je demande seulement à sortir ,

Si Abderrahmane donna quelques coups à la porte pour demander à voir le chef de brigade .  On lui ouvrit la porte et il put s’entretenir avec le chef de brigade . Au bout de quelques minutes si Abderrahmane revient , le visage souriant .

  • Félicitations , nous avons gagné , le chef nous pardonne à condition qu’on lui paie un méchoui au restaurant du coin.
  • Sans problème, je suis prêt à lui en payer deux , pourvu que je retrouve ma liberté .

Et c’est ainsi que si Abderrahmane , son ami et complice ,le chef de brigade et le jeune homme s’invitèrent au « Tombouctou » ( nom d’un grand restaurant de la ville) pour déguster un bon méchoui. Après avoir bien mangé , ils avouèrent au jeune algérois leur petite farce tout en insistant pour payer avec lui l’addition ( qui n’était pas très élevée) . Tout le monde , y compris le jeune homme, rirent de bon cœur , de cette belle farce , « fruit du génie » de si Abderrahmane.

 

Commenter cet article

Dania 06/02/2016 13:40

Avis aux amateurs!!

Dania 06/02/2016 13:40

Avis aux amateurs!!