« LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE A PERDU REY MALEK » Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de l’APS de 1976 à 1989):

Publié le par LAGHOUATI

 « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE A PERDU REY MALEK »  Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de  l’APS de 1976 à 1989):
 « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE A PERDU REY MALEK »  Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de  l’APS de 1976 à 1989):

’HISTOIRE RECENTE DE LAGHOUAT A TRAVERS LE FIL DE L’APS

Par Mohammed-Seddik-LAMARA (ancien correspondant de  l’APS de 1976 à 1989)

 

REMARQUE : les dépêches sont restituées dans leur forme d’écriture télégraphique obéissant au principe de saisie rapide (SIGNES MAJUSCULES et absence d’accentuation). A charge pour les clients, notamment la presse écrite, de les normaliser dans une écriture classique tout en obéissant au devoir de « sigler » (mention APS) les articles repris en partie ou en totalité. Malheureusement cette clause éthique est, jusqu’à nos jours, peu ou prou respectée par les abonnées qui s’approprient ainsi de fait la paternité de l’information de l’agence.

L’information agencière se distingue, en effet, par l’adoption de trois impératifs : la précision, la concision et la rapidité dans la transmission. A cet égard, une agence d’information est qualifiée de « média des médias ». Grace à un réseau dense de correspondants elle s’est imposé comme le fournisseur le plus efficace et le mieux « sourcé »  d’informations émises en temps réel en direction des nombreux clients, notamment la presse écrite, la radio et la télévision. Le journaliste d’agence ne signe pas ses papiers. Il est anonyme. Pour le distinguer de ses collègues, Il dispose seulement d’un matricule composé du sigle de l’établissement, de ses initiales et du code de la wilaya où il a été accrédité. Les informations sont subdivisées en dépêches (APS1, APS2, APS 3… etc.) suivies à chaque fois de la mention « suivra. »

Dans cette rubrique « l’histoire récente de Laghouat à travers le fil de l’APS », certains articles représentant une opportunité et  une valeur réelles, on été remaniés afin de les expurger de la « sécheresse » inhérente au style télégraphique.

 

Cela s’est passé le 27 SEPTEMBRE 1984

 

APS 01

 

LAGHOUAT/CULTURE : « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE A PERDU REY MALEK » 

 

LAGHOUAT, 27/07/1984 (APS)

 

EN CETTE GRISATRE JOURNEE DU VINGT SEPT SEPTEMBRE 1984, A LAGHOUAT, UNE GRANDE FIGURE DE LA MUSIQUE NATIONALE ET UNIVERSELLE A TIRE SA REVERENCE DANS UN SILENCE AUSSI ASSOURDISSANT QU’AFFLIGEANT.

SOUS UN CIEL TOURMENTE, L’OASIS ET SES QUARANTE MILLE PALMIERS SE SONT MIS EN BERNE POUR PLEURER CE FILS EMERITE DU LAGHOUAT « EL MAALOUM ». LA CITE GENEREUSE ET AUTHENTIQUE MAGNIFIÉE PAR L’EMERITE TAKHI ABDALLAH BENKERIOU DANS SON SUBLIME POEME « LAGHOUAT GHOUATINE ». IL EST PARTI A PAS FEUTRES POUR UN MONDE MEILLEUR, DES PAS SUBTILEMENT EVANESCENTS A L EXEMPLE DES SONORITES, VELOURS-LANGOUREUX, DU « GHARNATI » - GENRE DANS LEQUEL IL EXCELLAIT EN MAITRE INCONTESTE - REMEMORANT L’INEFFABLE ANDALOUSIE A JAMAIS PERDUE.

MAIS QUI SE SOUVIENT DE LUI ? LUI, C EST REY MALEK, LE ROSSIGNOL DES « GHAOUT » QUI A PLANE DU MAGHREB, JUSQU’AU MACHREK AU DESSUS DES PALAIS, ET DES MUSIC HALLS LES PLUS PRESTIGIEUX. MALHEUREUSEMENT, NI LES GARDIENS DU TEMPLE VERMOULU DE LA CULTURE NATIONALE, NI LES AUTORITES LOCALES N’ONT REAGI SUITE A SA DISPARITION. QUARANTE HUIT HEURES SONT PASSEES ET AUCUN HOMMAGE OFFICIEL A L HORIZON. SEULEMENT UN « COUCOU », UN COMMENTAIRE DE LA RADIO MAROCAINE « MEDI 1 », TELLE UNE BOUTEILLE JETEE PAR UN NAUFRAGÉ PIEGE DANS L’OCEAN DE L INGRATITUDE, EST VENU BRISER LES VAGUES DU MEPRIS EN ANNONÇANT : « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE A PERDU REY MALEK »

UNE VIE TREPIDANTE, PLEINE DE VERVE ET D ACHARNEMENT, MAIS AUSSI DE DECEPTIONS AVAIT FAIT DE CE FILS DE LAGHOUAT, UN MODELE D HOMME EXCEPTIONNEL DONT LE SEUL CAPITAL, CONSERVE INTACT JUSQU AU DERNIER SOUFFLE, ETAIT CETTE FIERTE AIGUISEE ET A FLEUR DE PEAU QUE, NI LES DIFFICULTES MATERIELLES, NI LES ATTRAITS D UNE VIE LUXUEUSE, POURTANT A SA PORTEE, NE SONT PARVENU A EMOUSSER. AVEC UN STOICISME INEGALE ET AU CREPUSCULE DE SA VIE, REY MALEK NE S EST JAMAIS PLAINT A QUICONQUE DE L ETAT DE DENUEMENT AUQUEL IL EST PARVENU. TRES LUCIDE MALGRE LE POIDS DES ANS ET LES AFFRES DE LA MALADIE, IL AVAIT FAIT, AVANT DE PARTIR POUR TOUJOURS, UNE RETENTISSANTE ANALYSE SUR L ETAT ET LE DEVENIR DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON ALGERIENNES. MALHEUREUSEMENT, DE SI PRECIEUX TEMOIGNAGES N ONT ETE QUE PEU OU PROU EFFLEURES PAR LES MEDIAS POUR ETRE, PAR LA SUITE, TRONQUES OU CARREMENT VIDES DE LEUR SENS.

 

(SUIVRA) APS/MSL

 

APS 02

 

LAGHOUAT/CULTURE : « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, ….DEUX….

 

UN RATAGE IMPARDONNABLE, SE DESOLENT SES DISCIPLES D ICI ET D AILLEURS. CAR, EN REGARD DE LA FRUCTUEUSE SOMME D EXPERIENCES QU IL VEHICULAIT, CE MESSAGE PORTE A LA HAUTEUR DE CET HOMME QUI A SILLONNE LE MACHREQ ET LE MAGHREB  UNIQUEMENT GUIDE PAR UN AMOUR FEROCE DE LA MUSIQUE, DE LA POESIE ET DE LA CHANSON, ESCOMPTAIT FAIRE ENFOURCHER PAR L’ALGERIE UN ROLE DE LEADER DANS LE RENOUVEAU DE LA MUSIQUE ARABE ET, EN PARTICULIER, DE L ANDALOUS, PLUS PRECISEMENT DANS SA VARIANTE « GHARNATIE » SUR LAQUELLE IL AVAIT, DE PRIME ABORD, JETE SON DEVOLU.

QUELQUES MOIS AVANT SA MORT, COMME SI ELLE AVAIT ETE PRESSENTIE, UN REALISATEUR DE LA RADIO ET TELEVISION ALGERIENNE (RTA) EN VIREE DANS LE SUD DU PAYS, AVAIT, SOMMAIREMENT ET NON MOINS ADMIRABLEMENT RETRACE QUELQUES MOMENTS FORTS DE LA VIE ET DE L ŒUVRE DE CET ARTISTE MUSICIEN HORS PAIR. LE LENDEMAIN DE LA DIFFUSION PAR LA TELEVISION DE CETTE PAGE SPECIALE, NOMBREUX ON ETE LES TELESPECTATEURS, DESARCONNES, A DEMEURER EBAHIS DE VOIR SUBITEMENT EMERGER DES ABYSSES DE L OUBLI UN ARTISTE AYANT POUR NON REY MALEK. LE « ROI » MALEK COMME AIMAIENT LE SURNOMMER SES ADMIRATEURS DE RABAT, DE CASABLANCA ET DE MARRAKECH.

 

LES DERNIERES IMAGES DU POETE, MUSICIEN ET CHANTEUR, POUR LA PREMIERE FOIS APPROCHE PAR LA TELEVISION NATIONALE, ETAIENT FRAPPANTES, AGRESSIVES MEME EN CE QU ELLES REFLETAIENT COMME VIGUEUR ET PERSPICACITE DANS LE RAISONNEMENT D UN HOMME QUI, EN DEPIT DE LA FATIGUE ET DE LA DECREPITUDE DE SON CORPS AINSI QUE DE LA NEGLIGENCE DE SES PRECIEUX APPORTS AU REPERTOIRE DE LA MUSIQUE UNIVERSELLE, N A PAS MANQUE, SANS RECRIMINATION AUCUNE, DE MONTRER LE CHEMIN DEVANT CONDUIRE A LA SAUVEGARDE DE CELLE DE L ALGERIE.

QUI SE SOUVIENT DE REY MALEK ? DE SON VRAI NOM DJOUDI MOHAMED BEN AHMED NE EN 1902 AU MILIEU DE LA RIANTE OASIS DE LAGHOUAT, MALEK, RESTERA POUR CEUX QUI L ONT BIEN  CONNU OU, OCCASIONNELLEMENT, COTOYE, UN MODELE D ARTISTE DESINTERESSE AYANT ENTIEREMENT CONSACRE SA VIE A LA POESIE, A LA MUSIQUE ET A LA CHANSON SANS AVOIR ETE NULLEMENT ETE DECOURAGE PAR LES ECUEILS ET LES DECEPTIONS QUI PARSEMENT SOUVENT LA QUETE DES MUSES DE CELLES-CI.

(

SUIVRA) APS/MSL

 

APS 03

 

LAGHOUAT/CULTURE : « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, ….TROIS….

 

A L HIVER DE SA VIE, IL M ARRIVAIT SOUVENT, QUAND JE ME RENDAIS A RAHBAT EZZITOUN, DE LE RENCONTRER SOUS LES ARCADES DE CETTE MYTHIQUE PLACETTE. ADOSSE AU MUR LEPREUX DE L ANCIENNE FABRIQUE DE « CHEMMA » IL SEMBLAIT, LE REGARD ABSENT, VIVRE HORS DU TEMPS. LES DOIGTS JAUNIS PAR LE TABAC, LA CIGARETTE FICHEE ENTRE SES LEVRES BLEUIES TACHETEES DE POINTS VIOLETS, CORPS DECHARNEE MAIS LA TÊTE TOUJOURS HAUT LEVEE, DE SON ÊTRE IRRADIAIT UNE AURA QUI IMPOSE PLUS DE RESPECT QUE DE COMPASSION. SES FIDELES AMIS ET SES RESPECTUEUX ELEVES NE L ONT POINT ABANDONNE DANS LA DIFFICULTE. LAIT, PAIN, CAFE ET CIGARETTES LUI ETAIENT QUOTIDIENNEMENT ET DISCRETEMENT OFFERTS PAR DES INTIMES OU DES INCONNUS CHARMES PAR SA PRESTANCE.  CE DONT IL AVAIT LE PLUS BESOIN – IL ME L AVAIT TANT DE FOIS CONFIE – CE N EST POINT DE LA CONDESCENDANCE, MAIS LE RECONFORT QUE PROCURE LA RECONNAISSANCE, LA GRATITUDE ET LE RESPECT DUS A SON EXALTANT PARCOURS DE BARDE IMPENITENT. A RAHBET EZZITOUN OU A COTE DE L EPICERIE DE « PETIT FRERE », SA PLACE EST RESTEE DOULOUREUSEMENT VIDE POUR CEUX QUI, COMME MOI, AIMAIENT Y FAIRE UNE HALTE POUR LUI FAIRE LA CAUSETTE ET SE DELECTER DE SES PROPOS D ARTISTE ACCOMPLI ET S ABREUVER DE SA VASTE CULTURE DE SELF SIDE MAN.

RETRACER LA VIE ET L ŒUVRE DE REY MALEK EN QUELQUES LIGNES EST, A L EVIDENCE, UNE GAGEURE, TANT L ITINERAIRE QU IL AVAIT EMPRUNTE ETAIT PONCTUE D UNE MULTITUDE DE HALTES FRUCTUEUSES. SON COUSIN, EL HAJ DJOUDI MABROUK, MAITRE EBENISTE ET LUTHIER AINSI QUE COFONDATEUR DE LA RENOMMEE TROUPE MUSICALE  « THOURAYA » DE LAGHOUAT, SE SOUVIENT DU FOUGUEUX SEIGNEUR MALEK. LA MAIN POSEE SUR LE LONG MANCHE DE BOIS CISELE QU IL VIENT DE FIXER A L EXTREMITE DU ‘OUD DONT LE CRI DE NAISSANCE SERA ARRACHE PLUS TARD A SES CORDES POUR LE MELER A SON LONG SOUPIR DE DEPIT, MABROUK DECRIT, AVEC ATTENDRISSEMENT ET SANS AMBAGES, LA VIE TREPIDANTE DE SON PARENT ET COMPAGNON D INOUBLIABLES JOUTES MUSICALES AYANT BERCE DURANT DE LONGUES ANNEES LES HABITANTS DE L ENCHANTERESSE OASIS. « APRES UNE PRIME JEUNESSE ACTIVE ET TURBULENTE, MALEK S ETAIT ADONNE A DIVERS PETITS BOULOTS POUR SURVIVRE. AGENT DE LIAISON POSTALE A DOS DE CHEVAL, BOULANGER, EPICIER ET BIEN D AUTRES DEBROUILLARDISES NE SONT PAS PARVENU, COMME LE SOUHAITAIT ARDEMMENT SON PERE, A LE DISSUADER DE ROMPRE AVEC SON INCLINATION POUR LA MUSIQUE. CAR, DANS L ENTENDEMENT DES GENS DE L EPOQUE, LA MUSIQUE ETAIT CONSIDEREE COMME UNE INSPIRATION DIABOLIQUE. » DJOUDI  MARQUE UN ARRET POUR GRATTER LES CORDES DE SON NOUVEAU NE ET LUI FAIRE ECHAPPER UNE COMPLAINTE QUI EN DIT LONG SUR LA SUITE DU RECIT : « LES RECURRENTES ADMONESTATIONS DE SON PERE NE SONT PAS ARRIVE A BOUT DE SON IRREPRESSIBLE AMOUR POUR LA POESIE, LA MUSIQUE ET LA CHANSON. C’EST DANS L ARMEE OU IL S ENGAGEA TRES JEUNE QU IL TROUVA L EXUTOIRE IDEAL A LA CONSECRATION DE SA VOCATION AMORCEE PAR SON INITIATION EN TANT QUE TROUFION PREPOSE AU TAMBOUR, PUIS A LA FLUTE AU SEIN DE LA FANFARE MILITAIRE. »

 

(SUIVRA) APS/MSL

 

APS 04

 

LAGHOUAT/CULTURE : « LA FRANCE A PERDU TINO ROSSI, ….QUATRE ET FIN.-

 

A L ISSUE DE SON SERVICE ARMEE ACTIF ET APRES UN COURT SEJOUR A LAGHOUAT OU SA MAMAN LANGUISSAIT SON RETOUR, REY MALEK DECIDA, SUR LES CONSEILS D UN MELOMANE L AYANT PRIS EN SYMPATHIE, D’EMPRUNTER LE LONG CHEMIN DE L ART EN DIRECTION DU MAROC OU LA MUSIQUE, AUSSI BIEN CHEZ LES TENANTS DU ROYAUME QUE CHEZ LES SUJETS DU ROI, EST UNE SECONDE NATURE, UNE RESPIRATION DE TOUS LES INSTANTS. IL A DU D ABORD PRENDRE SUFFISAMMENT D ELAN SUR LE PLAN PECUNIAIRE POUR REMPLIR SUFFISAMMENT SON ESCARCELLE A RABAT OU IL EXERCA LE METIER DE FACTEUR, CETTE FOIS A BICYCLETTE, MAIS AUSSITOT ABANDONNÉ SUITE A UNE VIVE ALTERCATION AVEC SON EMPLOYEUR.

MARRAKECH LA LUMINEUSE, CARREFOUR DES DESIRS ENDIABLES LUI OUVRIT SES BRAS ET L ACCUEILLIT DANS LE PLUS PRESTIGIEUX GIRON DES MAITRES DE LA MUSQUE ANDALOUSE. LA SYMPATHIE QU IL SUSCITAT AUPRES DES CERCLES ARTISTIQUES MAROCAINS DE L EPOQUE DIFFICILEMENT ACCESSIBLES AUX AMATEURS, LUI A PROCURE LE PRIVILEGE DE SE FROTTER A DES MAITRES DE RENOM ET D ACQUERIR AUPRES D EUX UNE SOLIDE FORMATION. DES MAITRES QUI ONT, ENTRE AUTRES NOMS BIEN CONNUS, CHEIKH EL KITTANI, SIDI EL KECHACHBI, CHEIKH GHALI LATRECH ET CHEIKH ABDESLAM EL DJEN.

LITTERALEMENT CONQUIS PAR LE GENRE CLASSIQUE DE GHARNATA, REY MALEK EUT L HEUR DE PERFECTIONNER SES CONNAISSANCES AUPRES D UN AUTRE MAITRE NON MOINS PRESTIGIEUX EN L OCCURRENCE CHEIKH EL M’TIRI QUI LUI APPRIT A JOUER, AVEC VIRTUOSITE DU LUTH SOUS LA CONDUITE D UN PROFESSEUR EGYPTIEN TRES INTRODUIT AU SEIN DE LA FAMILLE ROYALE ET DE LA BOURGEOISIE MAROCAINE. AYANT BEAUCOUP VOYAGE NOTAMMENT AU LIBAN ET EN EGYPTE OU IL A RENCONTRE PLUSIEURS ARTISTES ET COMEDIENS, REY MALEK EST DEVENU INSATIABLE DE MUSIQUE ET DE POESIE. AVANT SON  RETOUR EN 1962, TEL UN ENFANT PRODIGUE, AU BERCAIL IL AVAIT SEJOURNE ENCORE UNE FOIS A MARRAKECH CHEZ UNE DE SES TANTES MARIEE DANS CETTE VILLE MERIDIONALE DU MAROC.

A LAGHOUAT SA VILLE NATALE ET JUSQU A DEUX ANS AVANT SA MORT IL CONSACRA TOUTE SON ENERGIE A METTRE A LA DISPOSITION DES JEUNES DE L INDEPENDANCE TOUT L ATTIRAIL ARTISTIQUE REUNI DURANT DE LONGUES ANNEES D ERRANCE TOTALEMENT CONSACREES A LA MUSIQUE RAFFINEE. AUSSI, ET EN DEPIT DES JALOUSIES SUSCITEES PAR SA REUSSITE, IL S ETAIT ACHARNE A PERPETUER LES GENRES MUSICAUX QU IL PRISAIT LE PLUS ET AUXQUELS IL OFFRIT UN LARGE REPERTOIRE DE SA PROPRE POESIE. L ORIENTAL, LE HAOUZI, LE MAGHREBIN ET LE GHARNATI, TOUS CES GENRES ONT RECU SON INDELEBILE EMPREINTE.

SON ŒUVRE EST, SOUTIENT-ON, AUSSI LARGE QUE VARIEE MAIS, HELAS, PEU CONNUE OU VULGARISEE AU SEIN DE LA JEUNESSE. REY MALEK L HOMME A LA VOIX D OR CAR, IL CHANTAIT AUSSI, AVAIT DURANT SES JEUNES ANNEES ET MÊME PLUS TARD APRES, BERCE DES AUDITOIRES AU DELA DE NOS FRONTIERES. LA FORMULE -HOMMAGE QUE LUI AVAIT PRETEE LE JOURNALISTE DE LA RADIO « MEDI 1 », ETAIT LOIN D ETRE EXCESSIVE. VRAI : « SI LA FRANCE AVAIT PERDU TINO ROSSI, L’ALGERIE AVAIT PERDU REY MALEK.»

 

APS/MSL/03

 

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article