AIRES DE STATIONNEMENT À LAGHOUAT : Le diktat des riverains et des commerçants-par A.BOUHAMAM-

Publié le par LAGHOUATI

AIRES DE STATIONNEMENT À LAGHOUAT

Le diktat des riverains et des commerçants

 
© D.R.
 
 
 

Dans le chef-lieu de Laghouat, le dilemme du stationnement continue à hanter les automobilistes. Car dans plusieurs rues du centre-ville, si des riverains et des commerçants ne les autorisent pas à stationner dans les lieux prévus à cet effet, ils finissent, mal gré, bon gré, par se soumettre au diktat des gardiens de parking. En effet, c’est en toute impunité que des citoyens se permettent d’interdire l’espace public à autrui. Partout au centre-ville, à défaut d’une plaque réglementaire interdisant le stationnement, des commerçants déposent des fûts ou des cageots pour interdire aux automobilistes de se garer devant leurs magasins. Un phénomène qui a pris racine, à tel point que l’on ne sait plus à quel saint se vouer devant ces infractions à la voie publique. L’histoire vécue par plusieurs touristes venus visiter la région de Laghouat renseigne amplement sur cette situation de non-droit qu’on retrouve dans plusieurs localités, notamment à Hassi R’mel. Selon l’un d’eux, investisseur de son état, il a fait plusieurs tours de la ville à la recherche d’un espace libre. En fin de compte, il a renoncé à visiter le centre-ville pour une affaire de stationnement. “Je suis gagné par un sentiment de non-droit qui altère le climat des affaires”, nous a-t-il déclaré, avant d’ajouter : “Si chacun s’amuse à se réserver son propre stationnement devant son domicile ou son magasin, il ne reste plus qu’à interdire la circulation aux automobilistes.” Il faut dire que cette manière, pourtant illégale, d’interdire par des commerçants et des riverains indélicats fait, malheureusement, son apparition au vu et au su de tout le monde, notamment des pouvoirs publics.                   

B. AREZKI

Publié dans AREZKI BOUHAMAM

Commenter cet article