Le palmier dattier dans la tradition et les écrits (suite)

Publié le par LAGHOUATI


Cheikh Kamel Eddine, doit-on rappeler, ne parle pas à la manière d'un littéraire, ce qui justifie sa prédilection pour l'aspect descriptif en sa qualité de botaniste. Et pour être plus connaissant, il use de la comparaison. Il ajoute ainsi : "Il ressemble à l'homme par la rectitude de sa taille et sa hauteur, par sa distinction entre le mâle et la femelle et la particularité de sa fécondation. Si sa tête venait à être coupée, il mourrait; si son coeur était exposé à quelque accident, il périrait. N'en est-il pas de même de la cervelle de l'homme lorsqu'elle est atteinte ? Lui coupera-t-on des branches, il n'en repoussera plus à leur place, comme il en advient des membres humains. Il est recouvert d'une sorte de bourre analogue aux poils de l'homme, et c'est seulement la proximité du mâle et de la femelle et l'odeur séminale dont il est pénétré qu'il peut produire."

Les cultivateurs chargés de la plantation, de l'entretien du palmier et de la récolte des dattes, ont coutume de chanter pendant leur travail, des paroles répétées de génération en génération et qui semblent leur avoir toujours porté bonheur. En voici un exemple :"Béni soit cette sève puissante sous la poussée de laquelle tronc, branches et fruits s'élèvent majestueusement vers le ciel."  Ceci au printemps, pendant la fécondation au cours de laquelle les cultivateurs restent suspendus aux branches des palmiers.

Quelque part ailleurs, en plein désert, d'autres fellahs demandent à Dieu une récolte féconde de dattes dépend leur avenir. En des vers improvisés qu'ils entonnent à tue-tête pour mieux se faire entendre, ils implorent le Tout-Puissant pour que soit assurée la protection de l'arbre contre la menace des dunes et les vents de sable. 

à suivre... 

Auteur : Boumedienne A.

 

Contribution de Hadj Ahmed Mechattah 

 

Publié dans AHMED MECHATTAH

Commenter cet article

Soukehal Djamal Abdenasser 14/04/2016 21:06

je commenterai par des écrits ....scannés....