"Lemgataa": souvenirs d'enfant...

Publié le par LAGHOUATI

Encore une photo de notre jeune ami Mohamed Benamar Benyoucef , une photo qui parle et qui évoque beaucoup de souvenirs ( bons et moins bons) pour les jeunes enfants qui ont vécu ces années 50-60

L’ex-avenue Cassaigne était l’une des plus belles avenues de la ville . C’était un quartier résidentiel , habité par certaines riches familles autochtones , certains français travaillant dans l’administration et certains autres commerçants juifs.  L’avenue était plantée tout le long de platanes et traversée par une seguia qui charriait les eaux de ras layoune , utilisées pour tous les besoins et même pour boire tant elle était propre.

« Lemgataa « était presque exclusivement résidentiel , il y  avait peu d’établissements commerciaux . On en dénombrait , si mes souvenirs sont bons, 3 ou 4 seulement. On peut même les citer : Hadj Nouar , Hadj salem , hadj Kaouka  , à proximité de Z’gagg Lebadna et plus loin à proximité de Z’bara il y avait hadj Boufatah Benlebrag et son frère . Je me souviens aussi du salon de coiffure tenu par hadj Kouider Tadj , de l’atelier de mécanique de hadj Abderrahmane Mekhanet et Puis…Presque Plus rien …A part les domiciles …A propos de domicile …Je me souviens encore qu’il y avait une maison tenue par une vieille femme qui y vivait toute seule …On disait aux enfants que nous étions « il ne faut pas passer trop près de la porte de sa maison , si vous le faites vous risquez d’être happée par la femme et jetée dans le puits de sa cour…Attention ! » Et nous croyions très fort à ces avertissements , avant d’arriver à la maison en question, nous changions de trottoir pour « ne pas risquer d’être jetés dans le puits « . Cette maison de « l’horreur » n’existe plus , elle est devenue un fonds de commerce.

Lemgattaa , c’est aussi « Kahwet si Ali » , un petit café minuscule que hadj Ali Benghouini tenait juste pour préparer du thé à ses amis et à leur tête chikh Boubakeur qui y venait régulièrement . « Kahwet si Ali « était devenu un café littéraire où le chikh animait des séances de réflexion et de discussions sur différents sujets.

Le café n’existe plus , il a disparu pour laisser place à un autre fonds de commerce …Un de plus….

 

Lemgataa , on peut voir les épiceries de Hadj Nouar  et hadj Salem et plus loin en gandouras blanches , mon père chikh Boubakeur en compagnie de mon grand-père hadj Benaissa Antar , ALLAH YARHAMHOUM

Lemgataa , on peut voir les épiceries de Hadj Nouar et hadj Salem et plus loin en gandouras blanches , mon père chikh Boubakeur en compagnie de mon grand-père hadj Benaissa Antar , ALLAH YARHAMHOUM

"KAHWAT SI ALI" avec hadj Kouider , chikh Boubakeur , hadj Mohamed Yousfi et hadj Ali Benghouini

"KAHWAT SI ALI" avec hadj Kouider , chikh Boubakeur , hadj Mohamed Yousfi et hadj Ali Benghouini

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

Ben Zouaf 27/04/2016 19:59

Salam si el hadj Mohamed, je pense que vous avez oublier: si hraizel Ramache, si M'hamed Ben n3aima Takhi (au paradis des enfants- magasins de jouets), si Allal Rezoug, el korchi Dziri, et j'en oubli c'est sûr, merci à vous et Mohamed Benamar Benyoucef pour ce retour dans le temps, j'avais à peine 4 ans en ces temps là et je me souviens comme si cetait hier. Merci encore

MOHAMED HADJ AISSA 27/04/2016 20:49

oui vous avez bien raison , on ne peut pas se souvenir de tout

Benlehbib Mohamed 27/04/2016 17:00

Salam,

il y avait aussi mon pére BENYAHIA BENLEHBIB ALLAH yarahmou, premeir BOURLIER de la ville..

Ben Zouaf 28/04/2016 11:05

Salam, je me souviens aussi, entre autre, ( en me replongeant dans les souvenirs d'enfance) de: si brahim Benlahbib, si Rodossi (réparateur Radio), si el hadj Med Ladhem (ben meftah- menuiserie), si kouider Bouziani, si Med Bensalem (boulangerie), pharmacie si tahar Bouziani, allah yarham ejami3.

MOHAMED HADJ AISSA 26/04/2016 16:28

J'ai oublié d'évoquer les deux cyclistes si hadj Abdelkader Badaoui et Taouti ainsi que l’hôtel saharien au début de l'avenue ainsi que la pompe à essence de Lallou , il faut aussi citer le garage de la famille Bouzidi, je pense n'avoir rien oublié...

Djamal Abounafal 26/04/2016 15:02

و كأن الشيخ ابو بكر الحاج عيسى يكتفي بالماء و لو في المقهى..............بالمناسبة للذين يتساءلون نحن نرفع كلمة (ابو) لا لحنا بل رفعًا و ارتفاعا باسم علم فذ و لا نضع الكسرة الا اضطرارا

Djamal Abounafal 26/04/2016 14:56

و كأن الشي ابو بكر يكتفي بالماء فقط ن رغم انه في المقهى

Djamal Abounafal 26/04/2016 14:50

جميلة و رائعة