Mon expérience d'enseignant à 16 ans ...

Publié le par LAGHOUATI

Mon expérience d'enseignant à 16 ans ...

Je me souviens …Je n’arrête pas de me souvenir …Ma vie , je crois bien s’est arrêtée ces années là pour s’y fixer définitivement et ne plus vouloir en sortir …

Je me souviens , j’avais 15 ans en 1962 …J’avais passé le BEPC en Mai 1962 … Je m’apprêtais à partir au lycée de Boufarik pour faire mon cycle secondaire …Il y a eu l’indépendance du pays entre-temps…

Après l’euphorie et la joie des festivités de l’indépendance , il fallait songer à reconstruire le pays

Nous nous y étions engagés malgré notre jeune âge et notre inexpérience  

Je me souviens que nous avons été sollicités , nous les jeunes lycéens , d’aider nos ainés à préparer leurs examens pour le recrutement des premiers enseignants de l’Algérie indépendante . Il fallait que nous leur enseignions les mathématiques , l’algèbre et la géométrie pour leur permettre de se présenter au premier concours de recrutement . Nous avions entre 15 et 18 ans , de la seconde à la terminale . Nous nous sommes organisés comme nous pouvions , avec très peu de moyens mais la volonté et la motivation étaient là pour aplanir toutes les difficultés et surmonter toutes les entraves . Je me souviens très bien de mes « élèves » ( Plus de 50 ans après , cela fait pouffer de rire qu’un bambin de 16 ans ose parler de ses « élèves ») . Mes « élèves » donc …étaient des personnes respectables , de grandes familles ….Je me voyais très mal au début de mon parcours « d’enseignant » de devoir faire cours à mes ainés , le plus souvent mariés … Mais leur humilité, leur désir d’apprendre et les encouragements  qu’ils nous prodiguaient ont fait tomber toutes les barrières qu’il y avait entre nous . J’allais aux domiciles de mes « élèves » pour leur faire un cours quotidien de deux heures . Au bout de quelques semaines , ils se sont présentés au concours et ont été reçus pour être les premiers enseignants de la ville de Laghouat .Certains d’entre eux ont été affectés dans des établissements de la ville , d’autres moins chanceux ont été répartis à travers tout le grand sud ( jusqu’à Tamanrasset , In-salah , en passant par Metlili, Ouargla et les villages avoisinants)

Très belle expérience dont je suis resté très fier …

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

Mustapha 30/04/2016 22:56

Bien que ne connaissant pas l'auteur de cet envoi, ses réflexions sur le sujet m’ont laissé admiratif, je vois bien qu'il est du métier, mais de nos jours ce genre d'enseignants se compte sur les bouts des doigts.Aujourd'hui, on reconnait l'académique de l’archaique. Mais cet acadélique peut se convertir en archaique quand on lui impose de passer un concours d'accès à un poste qu'il gérait depuis 10 voir 15 ans ....

Djamal Abounafal 30/04/2016 22:08

.
إنها فعلا من امتع التجارب التي إن دلت على شيء فإنها ابرزت لنا شجاعة كبيرة و غرادة قوية ..جزاكم الله عنا كل خير..لأن دروسكم وصلتنا عبر هؤلاء المعلمين الأفذاذ منهم معلمي الأول سي مسعودي (سنة 1+4) سي بوخلخال رحمه الله ( سنة 3 )مع سي الساسي ، سي صيقع( سنة 4 )(سي لبتر سنة 5 + سي هبول) ،سي الزاوي سنة 6 مع سي الصيقع مرة اخرى)... في الحقيقة أنا ابن مدرسة مبارك الميلي العريقة في نظري ..جزاكم الله عنا .كل خير يا اساتذتي،اعتبر نفسي ثمرة لجهودكم المباركة.. رغم انكم تقولون انكم لم تفعلوا شيئا.