Evocation de certains compagnons de Chikh Boubakeur Hadj Aissa.

Publié le par LAGHOUATI

Ce matin je voudrais vous parler des compagnons de mon feu père chikh Boubakeur ( Rahimahou Allah). Ce sont ses plus proches amis dont je me souviens depuis que j’étais tout enfant .

  • Le premier d’entre eux est feu si hadj Mohamed Ameur , le couturier . Leurs relations remontent loin dans le passé , je me souviens que depuis que j’étais enfant si hadj Mohamed venir assez souvent chez nous pour rencontrer mon père . Je voyais aussi mon père aller chez lui dans on petit atelier de couture , situé toout près de Mesjed Taouti au centre-ville. Ils se sont restés fidèles jusqu’à ce que la mort les sépare en 1987 . Je me souviens que hadj Mohamed venait assez souvent rendre visite à mon père malade et qui en était à ses derniers jours. Après le décès du chikh , si hadj Mohamed venait pour nous réconforter et nous soutenir . Un jour alors qu’il venait nous rendre visite , nous l’avions invité à prendre le repas avec nous . Alors qu’il s’apprêtait à pénétrer dans le salon , son œil tomba subitement sur le cadre accroché au mur et représentant son ami qui venait de disparaitre , il rebroussa chemin immédiatement et se sauva , les yeux en larmes sans que personne ne puisse le rejoindre pour le faire revenir . Hadj Mohamed avait une immense amitié pour mon père qui l’aimait beaucoup en retour.
  • Je dois citer aussi feu Hadj Mohamed Djamate , qui a été en tout début de leurs relations son disciple avant de devenir son inséparable . Il lui est resté fidèle jusqu’à la fin et c’est lui qui l’a assisté lors de ses derniers moments
  • Feu si Hadj Aissa Dehina : il se rendait souvent chez lui en son magasin pour étudier ensemble quelques grands maitres de la pensée musulmane. J’ai posé la question à Si Hadj Aissa «  Que faites-vous avec mon père pendant toutes ces longues heures ensemble ? », sa réponse a été «  Je profite de la présence du chikh pour m’expliquer un peu ce qu’il est ardu de comprendre seul , en ce moment nous sommes en train d’étudier تبليس ابليس »
  • Feu si hadj Mohamed Ledhem ben meftah : le chikh se rend souvent chez lui à son bureau situé près de son atelier de menuiserie. Si hadj Mohamed était connu pour être un grand militant de la cause nationale. Des différents politiques l’ont opposé aux tenants du pouvoir mais chikh a continué à avoir avec lui jusqu’au bout les mêmes relations d’amitié et de respect mutuel
  • Hadj Mohamed Yousfi : a été son disciple avant de devenir son ami
  • Feu hadj Mohamed KHanfar, on voyait le chikh souvent en compagnie du groupe constitué par si Hadj Mohamed KHANFAR , si Hadj Mohamed YOUSFI, Docteur Mohamed SOUIDI, SI hadj Mohamed BELHADJ …
  • Feu Hadj Bachir Dehina chez qui il trouvait souvent hadj Madani REMACHE , Hadj Ahmida KADA, Hadj Aissa KADA, Hadj Mahmoud YAGOUBI, Hadj Taleb YAGOUBI, hadj Mohamed RABHI…
  • Feu hadj Salah Blidi , l’un des premiers négociants en matériaux de construction , Hadj Salah était connu comme un fervent réformiste , il avait des relations très soutenues avec l’association des ulémas musulmans algériens. L’amitié entre les deux hommes est un très bel exemple de tolérance et de franche amitié qui a su dépasser ce qu’il pouvait y avoir comme différent entre les deux rites musulmans ( le malékite et l’ibadite). La cause à laquelle les deux adhéraient était bien supérieure à tout ce qui pouvait l’entraver ou freiner son élan( lutte de libération nationale et réformisme musulman)
  • Feu hadj Ali Benghouini, un ami parmi les plus fidèles de ses compagnons . Le chikh venait très régulièrement lui tenir compagnie dans son petit café qu’il avait aménagé pour ses amis et à l’adresse desquels il préparait au quotidien le thé de l’amitié.
  • Feu hadj M'hamed Benghia , le couturier de Z'gag el hejjaj , un grand nationaliste et un homme de grande culture , qui aimait sincèrement le chikh , suivait beaucoup les activités de l'association des ulémas.

Bien sur le chikh avait bien d’autres amis que je n’ai pas cités , j’ai évoqué pour vous seulement ses premiers compagnons , ceux qu’il a connus alors qu’il était encore jeune et qui lui sont restés fidèles jusqu’à sa mort.

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

Une amie 08/05/2016 20:07

El hadj M'hamed Benghia Allah yarhemou est l'oncle paternel de mon défunt père Mustapha Benghia. Il est aussi le beau-père de El hadj Lakhdar Bouhouia mon cousin paternel. Que Dieu lui prête longue vie Inchallah.
Qu'Allah ait tous nos morts en sa Miséricorde ! Amin, Amin, Amin