" Je suis sidéré devant ce silence assourdissant" hurle notre ami Djamal Soukehal

Publié le par LAGHOUATI

Enquête. Faculté de médecine de Laghouat Un projet qui risque de capoter.

Ce qui me chagrine, c'est la non-réaction des Laghouatis à cet article déstabilisateur et porteur d'inepties et de contrevérités.   

le 12 Mai j'avais réagi aux allégations portées sur l'article d'El Watan 


C'est du Khorti ....je le défie devant Dieu et devant les héritiers de Bennacer Benchohra de donner un nom d'un Laghouati régionaliste .....un nom ...un seul .....80% de la population Laghouatie sont originaires des différents Wilayas du pays .....10% des Laghouatis sont ailleurs ....dans les autres Wilayas du pays ou à l'étranger ......10% vivent à Laghouat et se taisent .....c'est une manière de créer la Zizanie ....cet anonyme encagoulé (qui me rappelle le sinistre Bouchkara) doit partir de Laghouat ....nous n'avons pas besoin de ce type de sinistre personnage ......au fait nous vivons en bonne entente avec nos frères algériens ......à titre de rappel ...... Je reprends le témoignage du Lieutenant-colonel Daumas Directeur central des affaires arabes à Alger) Paris - LANGLOIS ET LECLERCQ Rue de la harpe, 81 - FORTIN, MASSON ET Cie Place de l’école de médecine - ALGER, DUBOS FRÈRES, RUE BAB-AZOUN 1845= ……….Elle a été du reste toujours fort impatiente de ses suzerains qui ne pouvaient exercer sur elle qu’une action très-indirecte, et leur a souvent résisté avec succès. Ses divisions intestines l’ont seules empêchée sans doute de vivre tout à fait indépendante……Autrefois, point de zekkat, point d’a’chour, le gouvernement des deux quartiers vivait des amendes nombreuses levées sur les délits de tout genre et des droits sur les marchés ; les pauvres étaient nourris à frais communs. A la saison des dattes chaque famille était tenue de désigner un palmier de son jardin, dont les fruits versés à la mosquée étaient distribués aux nécessiteux ; ces palmiers s’appelaient les palmiers de l’amour de Dieu. Les habitants d’El Ar’ouat : ont la réputation d’être bons, humains et hospitaliers. Si quelqu’un se réfugie chez eux, disent les Arabes, ils mourraient plutôt que de le livrer. A la saison des fruits, les voyageurs peuvent entrer dans les jardins et en manger à discrétion…….


 

 

 http://www.elwatan.com/hebdo/etudiant/un-projet-qui-risque-de-capoter-11-05-2016-320697_264.php

Publié dans Djamel-soukehal

Commenter cet article