L'OASIS PAR ANASTASIA CHOQUET-VEITH

Publié le par LAGHOUATI

L'OASIS  PAR ANASTASIA CHOQUET-VEITH


L'OASIS

PAR ANASTASIA CHOQUET-VEITH

 

 

Quand les roseaux se parent de leur toilette de poussière duveteuse aux parfums de résine

Et se meuvent avec la grâce callipyge des prêtresses d'Epidaure ou d'Athènes

Quand sur l'oasis se mettent à pousser les dattiers empesés de sable

Lourds et brillants comme des lampadaires sur les bords d'une autoroute

Puissants comme la foule ou le moteur vrombissant d'une automobile

L'ambroisie des sources coule sur les prières d'hommes et de femmes

Parés dans le safran et le miel comme autant d'étoffes incendiaires

Aux replis multiples et dentelées de pierre

Les vents sont comme les tisserands du désert

Et la vie rouge et sucrée comme la sève

Se déversant en cataracte du suc des grenades

Brille sur l'écorce sèche des Bédouins et leur ramure de crin sombre

Elle crépite comme un brasier où l'on aurait jeté

Un poignet d'aiguilles ou de petit bois

Une poignet de baies âcres et ferreuses au goût

Elle danse sous le poids d'une mystérieuse étreinte

Et la frilosité de ses pas fait craindre la frilosité de ses jeux amoureux

Le palais et la langue sont ses valets ou ses amants

Dans la nuit exaltée sous les linceuls des fougères

Les palmiers pudiquement ont ramenés leurs jupons

Tandis que souffle sur les baumes des corps endormis

Le chant sacré des pommes et de l'orangeraie

L'or doux et le miellat des néroli en grappe

S'élèvent comme la fumée sur la route des voyageurs égarés

Où les plantes basses et le fanal de cette cornée végétale

Sont des courbes et des entrelacs aux multiples frondaisons

Et les oiseaux sont autant de petits anneaux d'argent

Fruits de la forge et de l'atelier

Autant de petits cercles de métal qui luisent comme des pendeloques

Aux lobes du Kahalari et qui trempent leurs gemmes

Dans les eaux souples et tranquilles du Zambèze

L'aurore a bu les cendres et les braises offertes aux étoiles

Et l'oasis s'est étirée sur la blanche chevelure des dunes

 

Commenter cet article