LES BONNES ET LES MAUVAISES VIEILLESSES- Par Mohamed-Seddik LAMARA

Publié le par LAGHOUATI

LES BONNES ET LES MAUVAISES VIEILLESSES

« Une vieillesse bien vécue, est celle où l’on s’habitue à se supporter soi-même. » (Proverbe géorgien)

 

Par Mohamed-Seddik LAMARA

D’aucuns, considèrent l’amorce du troisième âge comme l’antichambre d’un naufrage. Certes, nous qui appartenons à cette catégorie, sommes souvent, quand la vigueur et la santé commencent à décliner, mis à mal par la désertion des beaux jours de l’insouciance des rivages de la jouvence. Un déclin dont l’alliance avec  l’illusion de l’accélération du temps, donne de  l’inexorable défilement des années l’image d’une dégringolade, en monceaux, de rochers poreux se détachant d’une falaise tourmentée par d’ininterrompus orages. Il m’arrive parfois, face à la hideur de la vie des adultes dominée par l’intolérance et l’ingratitude, de rêver  d’un retour fulgurant dans l’univers ludique de l’enfance et de regretter de m’être, à  cet âge angélique et à l’orée de la fougueuse adolescence, tant de fois empressé de vite grandir. Mais quand je jette un regard sur les enfants d’aujourd’hui sevrés de tendresse authentique et de cet apaisant contact tellurique avec mère nature, ou sur ces jeunes décrépits avant l’âge par l’insidieuse accoutumance à la désespérance, j’arrête de rêvasser pour remercier la vie de m’avoir permis d’avoir goûté, comme à un menu varié de succulences, à la procession sereine des quatre saisons de l’existence. Bonne ou mauvaise, alerte ou pesante, on a la vieillesse qu’on a bien voulu loger dans son esprit. Il faut  seulement savoir lui donner l’espace propice à son tempo afin de ne pas empiéter sur les  illusoires plates bandes  de ceux qui croient…  demeurer éternellement jeunes.

 

 

 
 
Zone contenant les pièces jointes
 
 
 
 
 

Publié dans Med Seddik LAMARA

Commenter cet article