Ces Maîtres qui nous ont marqués ( 3 ) : Hadj Ahmida Kada

Publié le par LAGHOUATI

Ces Maîtres qui nous ont marqués ( 3 ) : Hadj Ahmida Kada
Ces Maîtres qui nous ont marqués ( 3 ) : Hadj Ahmida Kada

“Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément.” ( Nicolas Boileau°)

Tous les anciens élèves de Hadj Ahmida Kada connaissent par cœur cette citation de Boileau que si Hadj Ahmida aime si souvent répéter avec les gestes et la mime .

Si hadj Ahmida a été l’un des tout premiers instituteurs de l’école normale de Bouzareah . Il a enseigné à plusieurs générations qui gardent à ce jour des souvenirs indélébiles de ce merveilleux enseignant .

J’ai eu si hadj Ahmida comme enseignant en 4ème et 3ème années CEG . Il nous enseignait plusieurs matières : le français, la géographie, la musique, l’instruction civique . Il était d’une grande culture . Il était très craint des élèves qui savait qu’avec si hadj Ahmida il fallait bien se tenir . Il était d’une grande sévérité et tout écart était sanctionné immanquablement. Malgré sa rigueur et sa sévérité , hadj Ahmida savait être clément et compréhensif lorsque la situation le voulait .

Hadj Ahmida était connu pour son sérieux , son amour pour la discipline et l’ordre mais cela ne l’empêchait pas , en fin de cours, et lorsqu’il nous sentait fatigué , de nous raconter quelques belles anecdotes ou même des blagues qui faisaient rire tout le monde et que certains d’entre nous se racontent toujours entre eux .

Hadj Ahmida n’est pas seulement l’enseignant mais également le père protecteur et censeur , même en dehors de l’école . S’il nous surprenait dans la rue , il ne manquait pas de nous questionner sur ce que nous y faisions .

Les élèves que nous étions étaient bien suivis , aucun écart ni manquement n’étaient tolérés ( choses que nous n’apprécions pas beaucoup, bien sur …) . Mais toute cette surveillance , ces contrôles incessants , tout ce suivi sans faille , nous ont été bénéfiques puisque sur les 18 élèves que nous étions en classe de 3ème seul un seul de nos camarades n’a pas eu son BEPC ( Et  il n’était pas du tout faible , c’était un simple accident )

Parmi mes camarades de classe il y en avait quelques uns qui étaient particulièrement brillants dont certains ont eu par la suite de brillantes carrières .  Pour les matières littéraires , je cite entre autres deux qui ont disparu prématurément : hadj Djelloul Sehairi fils de hadj Said et Tahar Lagha , avec lesquels personne ne pouvait rivaliser quant à la maitrise de la langue française . Pour ce qui est des matières scientifiques , nous avions Messaoud Chettih qui survolait tout le monde sans aucun effort.

Pour finir Hadj Ahmida Kada a occupé et occupe toujours une grande place dans le cœur de ceux qui ont été ses élèves et de tous les Laghouatis pour le grand rôle qu’il a joué , pendant des décennies, dans le secteur de l’éducation à Laghouat et pour les immenses services qu’il a rendus à l’enseignement . Mais malgré tout ce parcours fabuleux , il est resté ignoré et occulté des responsables politiques qui lui reprochent « je ne sais pas quoi » que les Laghouatis n’arrivent pas à s’expliquer.  Aucun établissement scolaire ou structure éducative ou culturelle ne portent le nom de cet illustre personnage ni celui de son compagnon si Abdelkader Lachkhem alors que des noms moins illustres et moins connus ont eu cet insigne honneur . N’est-il pas temps que nos illustres professeurs soient rétablis dans leurs droits comme l’appelle de tous ses vœux la population . 

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

Benmessaoud 27/07/2016 13:04

Effectivement, pour honorer sa grande mémoire, la ville de Laghouat devrait immortaliser son mérite en baptisant une institution supérieure de l'éducation

HADJOUDJA KAMEL 25/07/2016 19:13

MOI Aussi, j'ai eu l'insigne honneur d’être son élève en classe de 5ème et 4ème au C.E.G du Schettet, dans les matières d’histoire-géo.; instruction civique; et dessin...
Je me rappelle parfaitement du jour ou il m'a adressé un sévère avertissement suite à l'obtention d'une moyenne générale trimestrielle de 12.87/20. Ce jour là, j'ai échappé de justesse à une bastonnade en règle grâce à une douleur articulaire au niveau de l'épaule qui lui paralysait le bras!
En ce temps là, le prof. était le modèle à suivre, le grand patron, la lumière qui nous guidait dans le noir. Il fallait obéir et écouter. Le prof. était craint et respecté.
DE NOS JOURS, à une époque ou tout est dévalué et ou l'opportunité prime sur le mérite, même sans les honneurs mérités et dus à sa stature imposante d'enseignant émérite; victime de la lâcheté, de l'hypocrisie, de l’égoïsme et de l'indifférence; il demeurera pour ses anciens élèves celui qui a su leur inculquer le gout de la discipline intellectuelle, la rigueur et la rectitude de pensée dans l'exercice de leur métier d'homme!
La BALANCE DIVINE, celle de toute justice, ne rejettera pas ceux qui, sans forfanterie ni forfaiture, sans égoïsme et sans profit, ont cru à l'honneur et au bonheur de leurs concitoyens et de leur pays!