Hadj Ahmed Lakhdari ne comprend pas pourquoi ....

Publié le par LAGHOUATI

Hadj Ahmed Lakhdari ne comprend pas pourquoi ....
Hadj Ahmed Lakhdari ne comprend pas pourquoi ....
Hadj Ahmed Lakhdari ne comprend pas pourquoi ....
Hadj Ahmed Lakhdari ne comprend pas pourquoi ....

Ahmed

Je ne comprends pas pourquoi des espèces animales et végétales, qu'on avait l'habitude de voir, de rencontrer et à l'occasion de prendre comme compagnon, ont quasiment disparu; à titre d'exemple je cite comme la belle et sauvage gerboise à la queue noire et terminée en blanc, le lézard à queue écaillée et rugueuse, le lièvre ou encore le chardonneret au chant doux et mélodieux et bien d'autres espèces en voie d'extinction comme la svelte, la jolie et élancée gazelle qui fait la fierté et l'originalité de nos espaces sahariennes et la liste ne cesse de s'allonger et prend des proportions des plus alarmantes.

De toutes les espèces animales que je viens de citer, un seul dont les habitudes n'ont point changé et demeurent immuables, toujours au rendez-vous coutumièrement saisonnier qui fait son apparition au début du printemps.

Vous avez sans nul doute deviné de qui je parle, il s'agit de l'hirondelle, ce bel oiseau au corps petit, au plumage noir, à la gorge rouge, au ventre blanc et au chant particulièrement agréable à ouïr dont on ne se lasse jamais.

Souvent, tout en étant petit, il m'a été conté des plus sages âgés de notre entourage familial que cet oiseau est sacré et qu'on ne doit jamais lui faire de mal; beaucoup de gens croient en cette particularité attribuée à cet oiseau et son apparition est synonyme toujours de bien et de prospérité, d'autres gens ont poussé leur croyance jusqu'à aller l'attraper durant la nuit et mettre du henné sur la tête et la queue pour le reconnaître à son arrivée la même saison prochaine.

Cette particularité que tient ce bel oiseau lui vient peut-être du flux migratoire d'aller d'un lieu à un autre en des endroits particulièrement espacés. Les lieux préférés où l'hirondelle fait longue escale sont la Mecque, la Médina, l'Égypte en quête de nourriture abondante et quand celle-ci fait défaut, elle migre au pritemps vers les villes au climat doux et clément entre autres Laghouat chérie et ses environs et tout ce qui vient des Lieux Saints de l'Islam est le bienvenu tout simplement comme l'hirondelle.

L'hirondelle construit son nid aux aucoignures des maisons, des granges et des lieux non habités en utilisant des matériaux locaux tels que la boue, des brindilles et de la paille avec une précision, une dextérité et une habileté des plus rares.

Une fois le nid soigneusement terminé, l'hirondelle le rend délicatement douillet en le tapissant de duvet, de laine, de coton et de biens d'autres trucs moelleux et elle y pond quatre ou cinq œufs qu'elle incube pendant trois semaines et elle n'élève qu'une seule nichée durant le sejour qu'elle entame au debut du printemps et qui prend fin vert la fin d'octobre

Ce bel oiseau que nous adorons tous est l'anonciateur par exellence de la belle saison du printemps où tout change, se métamorphose et s'embellit.

Un nid bien gardé placé à un coin de la maison familiale depuis des années se voit visité et domicilié par le même couple d'hirondelles qui y élèvent leurs petits à chaque déplacement migratoire et ne manquent jamais d'apporter de leur chant particulièrement mélodieux gaieté et joie comme à l'accoutumée à tout le foyer.

 

 

 

 

Commenter cet article

HADJOUDJA KAMEL 17/04/2017 16:55

QUE DIRE ALORS DES GRANDS FAUVES D' ALGÉRIE ? comme:
- LE LION DE L'ATLAS: dont le dernier spécimen a été abattu en 1890 dans les forets de Seraidi par les colons.
- LA PANTHÈRE D'AFRIQUE DU NORD: dont le dernier spécimen aurait été abattu à Sidi Ali Bounab près de Tizi-Ouzou en 1930.
- LE CERF DE BARBARIE considéré par les experts comme un animal en voie d'extinction totale.
Heureusement qu'il existe encore quelques exemplaires dans le parc animalier d'El Kala.
- LE MOUFLON DE L'ATLAS SAHARIEN: qui vivaient en grand nombre dans nos contrées.
- L'AUTRUCHE: qui a déjà disparu de nos territoires.
- LA GAZELLE DE L'ATLAS, LE DORCA, LE FENNEC, LE DAMAN, L'OUTARDE HOUBARA et le GOÉLAND D'AUDOUIN sont également menacés d'extinction.
- ET QUE DIRE DES ESPÈCES D'OISEAUX dont vous avez cité quelques-unes, LES ESPÈCES D'INSECTES, LES ESPÈCES VÉGÉTALES, LES ESPÈCES ANIMALES ET VÉGÉTALES DANS LE MILIEU AQUATIQUE...
A titre d'exemple local, souvenez vous de la richesse et de la diversité de la faune et de la flore que recelait jadis les abords de l'Oued M'zi !
L'U.I.C.N./ UNION INTERNATIONALE pour la CONSERVATION de la Nature. Selon cet organisme les principaux facteurs de menace recensés sont : la destruction des habitats liée à l'expansion des activités humaines: développement économique, urbanisation, aménagements...Le changement climatique, le braconnage intensif, et l’introduction des espèces exotiques invasives.