Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-

Publié le par LAGHOUATI

Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-
Quelques souvenirs de la vie bédouine -par Chebel Assad-

Chebel Assad

Je tiens à remercier vivement Med Seddik Lamara et tous les artisans autour de lui qui ont magnifiquement crée cet espace d'échanges,de nostalgie et surtout d'authenticité.A mes 62 ans,je n'ai jamais quitté ce monde qui est le notre;je me souviens tout enfant de ma grand-mère qui tissait justement une Khaima faite d'un mélange de choix entre les poils de dromadaire et de moutons ,une fois mélangés ,ils donnent une texture extraordinaire,douce et solide.Se levant aux premières lueurs du jour,elle rejoignait,le métier à tisser artisanalement dans la vaste cour de la maison en terre sise à la commune de Ouled Madhi.Elle tissait d'abord "le Flidj" un par un qu'elle cousait ensuite,quel labeur! Une fois le tissage fini,tout le monde participe à la "Nassba"le montage,ses filles et belles filles pour donner une vaste Khaima à deux compartiments dits"Khalfa" que séparent les sacs de blé et d'orge.On levait le"Star"le jour et le baissait la nuit tombante ce qui me rappelle toujours la chanson de Aissa Djarmouni qui raconte la visite nocturne d'un étranger à la tribu pour voir sa dulcinée,bravant la mort s'il était pris(كلبك نبحني عند ستار البيت ولا من عقبني من الترعة وليت)Je reviens avec beaucoup d'émotion à la cheville ouvrière qui accomplit tout ce travail seule qu'est ma grand-mère!J'étais le premier à vouloir dormir dans cette tente à ma grande joie!Le troupeau nous devançait de quelques jours que nous rejoignons vers la mi Mai vers le Tell,pour monter notre Khaima sur les hauteurs d'une Méchta située entre Chelgoum Laid,Belaa et Saint-Arnaud.Ceux qui nous accueillaient étaient les fils du Caid Hammou.Vite fait,le café est préparé aux visiteurs et en parallèle la préparation du couscous dans un silence religieux imposé aux seules femmes!Il était d'usage que mon grand-père,Cheikh Tahar Belhaddad égorgeait à chaque fois un mouton;il était lié aux habitants de la région par un pacte vieux comme le temps conclu par la lignée lointaine et ensuite il avait tété le lait maternel de plusieurs vieilles femmes quand il était lui méme nourrisson !Ces voyages et cette tradition avait duré jusqu'à sa mort,la famille révolutionnaire de la région car il était l'armurier de l'A.L.N. Il fabriquait,réparait,les armes de chasse et de guerre,le couteau,le sabre n'avaient pas de secrets à lui cacher ainsi que l'habillage en feuilles d'argent du crosse des fusils de parade" Il mourut,justement parmi sa famille d'adoption dans cette Méchta!

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article