Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?

Publié le par LAGHOUATI

Boufarik , c’était la ville des agrumes et de la vigne (aussi) . A perte de vue on pouvait voir l’étendue des champs plantés  en orangers et mandariniers . L’orange était fetée et des kermesses organisées chaque automne . C’était au temps passé ! Aujourd’hui Tout a disparu ou presque .

A la place des champs d’orangers on voit surgir de somptueuses villas ( des nouveaux riches) ou d’hideux immeubles habités par des familles venues d’on ne sait où . L’histoire est la même partout :

  • où sont les plaines du sersou et de Sétif ?
  • Où sont les palmeraies de Laghouat ?
  • Où…..Où ………..Où…………. ? la question se pose à propos de beaucoup de nos villes et de nos régions .

Je n’ai pas reconnu la belle petite ville de Boufarik que j’ai connue et dont j’ai si bien apprécié et aimé l’immensité et la  beauté de ses vergers , de ses rues et de ses places  plantées de platanes . Plus rien n’est resté tel quel , la main des destructeurs est passée par là…..

Un vieux boufarikois que j’ai rencontré me disait ceci :

-« On nous dit que le colonialisme  a tué , massacré ,détruit etc …..Oui c’est vrai , il n’y a aucun doute , nous avons enduré les pires supplices et la pire des guerres a été imposée au peuple Algérien ….Mais je dirai ceci , quitte à ne pas plaire à certains « nationalistes zélés », le colonialisme a laissé derrière elle , la MITIDJA  qui approvisionnait la France et toute l’Europe en agrumes et en raisin et autres produits de notre si généreuse terre . Et qu’en avons –nous fait ? Je leur pose la question »

Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?
Retour à Boufarik 54 ans après : Qu'avons-nous fait de la Mitidja ?

Commenter cet article

HADJOUDJA KAMEL 02/07/2017 20:17

La PLAINE DE LA MITIDJA était la plus riche d'Algérie. Fertile, grâce à ses sols profonds, elle était parsemée d'orangeraies, champs de tabac( 7 variétés), champs de blé, vignobles, primeurs...De beaux vergers d'orangers, de citronniers, d'amandiers entouraient jadis la ville des roses : BLIDA...
Pour l'histoire et à titre d'exemple, l'Algérie a exporté en 1960 plus de 204.000 tonnes de PRIMEURS et de LÉGUMES VERTS provenant de cette région!
Afin d'illustrer vos propos pertinents et conforter le point de vue judicieux du vieux BOUFARIKOIS à propos de l'état actuel de cette grande surface agricole; permettez moi, SI EL HADJ, de vous communiquer ce témoignage, O combien prémonitoire, émanant de MR. FERHAT ABBAS(A.Y.), de ce qui allait advenir de cette immense plaine en particuliers et de notre agriculture en général; montrant ainsi que l'opération de destruction de notre patrimoine agricole hérité de la colonisation a bel et bien commencé dés les premières années de l'indépendance du pays!
Il affirma ce qui suit: ( Extrait de son livre " l'Indépendance Confisquée". Page: 191).
" Alors que j'étais président de l'Assemblée Nationale Constituante, j'ai reçu la visite d'un colon de l'Oranie, M.L...Il me déclara:" J'ai crée un beau domaine planté d'orangers, d'oliviers et de vigne. Une partie est réservée à la production de lait. J'aime ce domaine comme si la terre m'avait donné un enfant. La question d'argent ne se pose plus pour moi. Je veux seulement que mon domaine ne meure pas. Laissez-moi encore dix ans, le temps de former un personnel capable de le gérer et ensuite je partirai!". Sa proposition me parut digne d’intérêt et j'ai tenu à en parler au Président du Conseil. BEN BELLA refusa de le recevoir sous prétexte que sa proposition n'était pas conforme à l'idéologie socialiste!! LE COLON QUITTA LE PAYS ET SON DOMAINE TOMBA EN RUINES ...AU DÉTRIMENT DES OUVRIERS ET DE L’ALGÉRIE!!". Fin de Citation. BONNE JOURNÉE.