Passion d'une Ville

Publié le par Laghouati

Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville
Passion d'une Ville

 

Comment  peut-on devenir " fou de" Laghouat ?

 

 

 

Question que je me suis posée à moi-même à plusieurs reprises sans que je sache quoi répondre. Mon proche entourage me reproche ma trop grande passion pour Laghouat, ne comprenant pas comment on peut être aussi fou pour cette ville.

Mais est-ce que les passions peuvent être expliquées, est-ce qu’on peut les soumettre aux lois de la raison ?

 

Cette folie, cette passion je les ai toujours portées en moi depuis ma plus tendre enfance comme on peut tomber amoureux de beaucoup d’autres choses.

 

 Comment ne pas tomber amoureux de tant de beauté, de tant de magnificence et de tant d’harmonie ?

Depuis que j’ai ouvert mes yeux sur ce bas monde, je n’ai cessé de vivre au milieu de la végétation luxuriante de nos jardins et aux cotés des bêtes qui agrémentaient notre vie   de leur compagnie.

On nous parlait souvent d’anges et de paradis à la Medersa de l’association des Oulémas et je crois bien que j’ai rencontrés ici-bas quelque chose qui leur ressemble : j’ai été envoyé par mon père à un de ses amis qui possédait un jardin au « Zgag el-batten » ; en y entrant je fus subjugué par la beauté de l’endroit jamais rencontrée avant ce jour ni après ; une beauté féerique voire paradisiaque (si le mot n’est pas trop fort) , ce ne serait-il pas le paradis dont on nous parlait ? Et l’ami de mon père, lorsqu’il m’apparut avec son habit tout blanc, le visage angélique avec une petite barbe fine, ne serait-il pas un ange ?

 

Un paradis et un ange, c’est de quoi vous rendre amoureux à la folie du lieu, de la ville qui a abrité tant de beauté. Et je crois que c’est à partir de ce jour que s’est encore fortifiée ma passion pour cette ville et l’image du « paradis » et de « l’ange » sont encore présentes dans mon esprit qui ne peut les oublier.

 

 J’ai vécu mes treize premières années de ma vie dans cet univers magique avant de quitter la ville et je continue, à ce jour, à m’en être éloigné, par la force des choses. Mais cela a suffi à inoculer en moi ce si doux sentiment d’appartenance à cette ville dont la splendeur n’est comparable à aucune autre splendeur.

 

J’ai bu cet amour comme on boirait le lait de sa mère comme me l’a appris mon père, un certain jour lorsque je l’ai prié en pleurs de nous faire quitter la ville qui a permis qu’il y soit victime d’une grave injustice. Sa réponse d’une voix calme et pondérée, raisonne toujours à mes oreilles : 

»Cette ville, je ne peux jamais m’en séparer, je l’aime trop et seule la mort peut mettre  fin à cette relation »

Je crois que cette relation que j’ai avec Laghouat, j’ai dù l’hériter en plus de l’innéité de mes sentiments pour elle. Ce sont donc ces deux origines conjuguées qui ont fait de moi ce passionné, ce fou qui ne peut ni ne veut « guérir » de ce mal si savoureux et si doux.

 

Maintenant, je pense que vous avez compris d’où me vient cette folie si belle et si douce.

 

Ecrit par M.Hadj-Aissa Mohamed le 18 Décembre 2008

 

  

 

 

 

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

malek 04/07/2011 11:35



pourquoi ne pas tomber amoureux de cette ville ,si on sait que cette derniere a abrité des anges et le fait toujours malgré les sequelles de temps qui ont fait leur affaire.


moi je suis tomber amoureux de la ville ,malgré que j'ai pas vue ce que notre pere hadj aisa et les anciens de la ville ont vue.



yamina Tadj 01/07/2011 22:40



Tout comme vous je suis une passionnée de Laghouat, ma ville celle de mes ancçetres et cellle de mes souvenirs.


Il ya 3 semaines j'étais à Laghouat pour pleurer avec ma famille et les gens qui me sont chers ma chère maman. Inutile de vous dire que la perte d'une mère est une épreuve trèes douloureuse , la
douleur est certes indescriptible mais les proches qui nous ont comblés d'affection l'ont rendue presque supportable.Merci  à tous les proches qui nouis ont aidé dans cette
épreuve.


Pourquoi je suis une passionnée de Laghouat? pour la simple raison que les Laghouatis sont extraordinaires, des amies que je n'ai pas vu depuis le lycée (beaucoup d'années) sont venues partager
ma peine, des gens comme ça on en trouve pas partout et surtout pas dans mon pays d'adoption. Mille mercis à tous ces gens ces Laghouatis que j'aime tant, on se reverra à ma prochaine visite
à Laghouat. Yamina



youcef laghouati 01/07/2011 20:37



Comment ? C'est simple il faut avoir vécu sa jeunesse au sein de cette cité à l'ère ou elle était Paradisiaque avant les années 1970 les plus proches de son printemps. Moi je suis fou des
souvenirs que je retiens de la citadelle inviolable, et en toute sincérité ma vie ne tiens qu'à ce glorieux passé basé sur un mélange de faits, de panoramas divers, d'art, de culture,
d'urbanisme, de coutumes et traditions, de couleurs verdoyantes, de gens instruits respectables et respectueux des plus jeunes aux plus vieux de de de et cela ne fini pas.Ma folie pour Laghouat
ne tiens qu'à ce passé, puisque l'état lamentable ou se trouve cette cité ne fait bouger aucun sentiment d'amour. les jardins transformés en routes sinueuses, ères de jeux, et meme en espace de
rencontre de drogués, il n'y a plus le moindre ombrage d'arbre tout a été abattu, les séguias sont transformées en égouts, les rues sont devenues des torrents de femmes qui compliquent la
circulation soit à pied ou en voiture, le commerce illicite ou règne tout genre de trafique y compris les interdits, la disparition quasi totale des sites historiques  Bref une catastrophe
qui ne fini pas et qui ne fait qu'alourdir le bilan négatif d'un "développement"sauvage.Dans les pays civilisés les vieilles villes sont épargnées restaurées et conservées pour l'histoire; et de
nouvelles villes naissent aux alentours. A mon avis c'est un complot purement et simplement haineux contre les Laghouatis et leur ville. comme cité dernièrement le seul endroit nostalgique qui
nous reste, c'est bien le cimetière de Sidi Yanès qui nous réuni en tant que vivants et qui nous réunira après la mort, si toutefois nous trouveront une place avec ce HAJOUJ WA MAJOUJ et ce
HAMAJ et cette anarchie incontrolable. J'aime toujours ma ville mais à travers son passé, malgré détruit par des mains criminelles. Citez moi un seul Algérien qui souhaite à sa ville ce qui
est arrivé à la mienne; aucun! c'est sure. Youcef Laghouati.



Soukehal djamal abdenssaer 01/07/2011 10:31



Nous on a été destructeur plus que constructeur. Les jardins c'est de l'histoire, nos femmes et filles ne savent plus différencier entre Khoulalla, adhadha, cardache, sefrassa, legième, et j'en
passe. Nous les Hommes c'est pire, hermès, tkathra, legmi, joumakh, fella, .... c'est quoi ce charabia m'a répondu mon enfant. 



Mohammed Hadj Aissa 01/07/2011 09:48



Le jardin dont je parle dans mon texte est celui du regretté Hadj Sassi kazi , situé au zgag el batten , c'est le père de hadj bachir et hadj mahmoud Kazi



Mohammed Hadj Aissa 01/07/2011 08:03



le jardin dont j'ai parlé je m'y suis rendu il y a quelques années , j'en suis ressorti effaré , un désert , plus rien de ce que j'y ai vu il y a fort longtemps n'existe



amine lotfi 20/03/2009 14:41

L'amour ne s'explique pas ca se vit méme douloureusement et comme on dit l'amour est le chemin du coeur le coeur est le chemin du reste .MERCI .Amine Lotfi

laala 02/02/2009 08:31

Hadj Aissa, Merci pour ton message.Les 03 Laala ne font qu'un, en fait je suis a Doha.Pour les photos vu leur taille importante, je pense que c'est plus simple de les telecharger a partir des sites ci dessous: http://www.panoramio.com/user/2242115http://www.flickr.com/photos/51786426@N00/A tres bientotLaala

Laghouati 02/02/2009 11:09


Merci beaucoup pour le trésor que tu viens de m'offrir. Si tu veux collaborer au blog par des articles , des souvenirs de notre belle cité, le blog t'est ouvert .Je te souhaite beaucoup de
réussite dans ton job  et merci pour t'etre intoduit fort gentiment dans mon blog.


Laala 01/02/2009 19:27

Cher Hadj AissaTout d'abord je tenais a vous remercier pour ce site, et vous exprimer le partage de cette passion qu'est l'amour de Laghouat.J'ai plein de photos de Laghouat qui peuvent vous servir.Tres bonne continuation et a tres bientot.Laala de Doha

Laghouati 02/02/2009 08:08


Moi je connaissais Laala de Laghouat , Laala de HMD mais Laala de Doha , il ne me semble pas le connaitre à moins qu'il s'agisse de la meme personne. Pour les photos, cela e ferait
énormément plaisir si vous pouviez me les envoyer ( mon adresse mail figure sur l'accueil du blog ,à gauche).Merci en tout cas. Que Dieu vous assiste !