ALGÉRIE, OÙ SONT TES TRADITIONS ALIMENTAIRES ?

Publié le par Hadj

                           ALGÉRIE, OÙ SONT TES TRADITIONS ALIMENTAIRES ?

Notre pays semble avoir laissé de côté depuis quelque temps la sagesse des anciens, en se laissant aller à ce que l'on appelle la " malbouffe ". Ces dernières années, toutefois, certaines associations activant dans le domaine environnemental ont réussi tant bien que mal à créer une dynamique visant à instaurer une meilleure protection du consommateur algérien. Il est vrai que nous sommes loin des progrès enregistrés dans les pays nord méditerranéens, mais nous devons reconnaître que les efforts, (même s'ils en sont à leurs premiers balbutiements), ont le mérite de poser la problématique sur le plan nutritionnel. Ces associations ne cessent d'activer avec l'aide des organismes gouvernementaux au sein de forums et de congrès pour porter haut la défense du consommateur eu égard aux dangers de plus en plus menaçants pour la santé publique.

 

La situation socio économique de l'Algérie a permis ces dernières années l'émergence ou du moins l'accroissement rapide de certaines pathologies devenues assez endémiques, telles les maladies cardio-vasculaires qui sont de loin la cause de la mortalité annuelle la plus élevée. Celles-ci représentent tous les ans entre 20.000 et 25.000 décès, suivies par l'hypertension, le diabète, l'obésité, l'asthme, et enfin, les cancers. Ces pathologies à elles seules constituent plus de 25 % des décès. L'étiologie de ces maladies présente certains points communs quant aux causes, et nous indique par là même l'intrication qui existe entre elles, à savoir : le changement du mode alimentaire.

Pami ces pathologies, examinons les causes et les conséquences de l'obésité. Avez-vous vu une personne que vous connaissez et, qui un jour, prend subitement de l'embonpoint ? Vous vous interrogez pour connaître les causes subites de son surpoids. Quoi que l'on fasse, ce phénomène à l'origine de certaines formes de diabète et de maladies cardio-vasculaires, a pris une ampleur sans précédent au sein de notre société et même dans le milieu scolaire, devenant ainsi de plus en plus préoccupant pour les spécialistes au vu des causes qui ont favorisé son évolution  surtout en milieu urbain.

Une étude réalisée sur un échantillon de 19.100 enfants entre 6 et 10 ans de 2001 à 2006 au niveau de trois wilayas de l'est du pays montre une évolution inquiétante de 7 % à 13 %. A terme, ce sujet est devenu un problème des plus préoccupants par rapport aux causes de l'obésité qui sont pointées du doigt par les milieux sanitaires et les nutritionnistes.

En effet, avec l'évolution de la société moderne, il est évident que nos traditions et nos modes de vie subissent des bouleversements. Et c'est au niveau de notre régime alimentaire et des  préparations culinaires que les conséquences ont été les plus néfastes. Nos mères et grands-mères, il y a à peine quelques années, ne ménageaient aucun effort pour s'appliquer avec soin et engouement dans la préparation des mets et ce, même au sein des familles de modeste budget. L'appréciation pour le goût des mets allait bon train pour les plus jeunes et les moins jeunes.

De nos jours, c'est avec beaucoup de regret et d'amertume que les spécialistes ont pu constater, à nos dépens, l'abandon de nos régimes naturels et biologiques assez équilibrés. En quelque sorte, l'âge d'or de la nutrition est derrière nous.

Attalah Morsli

 

 

 

 

 

 

Publié dans LES AMIS DU BLOG

Commenter cet article

boucherit 06/02/2015 14:15


Les chiffres du surpoids et obésité ne font qu'augmenter malheureusement chez les adolescents et biensur à l'âge adulte on récolte toutes les maladies non transmissibles comme le diabète
l'hypertention artérielle les maladies cardio-vasculaires arthrites et même certains cancers .


Dans notre secteur  on a fait une enquête en 2008 sur la prévalence du surpoids et obésité et les facteurs de risque associés chez les collégiens (EPSP de Bouzaréah 21 CEM de 6 communes)




L’enquête a touché un échantillon de 2832 élèves des différents cycles des CEM à El Biar, Ben Aknoun, Bouzaréah, Beni Messous, Dély Ibrahim et
Hydra.



La surconsommation de matières grasses et de produits sucrés  peuvent engendrer des conséquences négatives. «notre étude réalisée par l’Etablissement public de santé de proximité de
Bouzaréah (EPSP) a révélé que 20% des enfants scolarisés, âgés entre 12 et 17 ans, étaient en surcharge pondérale ou atteints d’une forme d’obésité». Cette enquête, qui prend en considération
les normes établies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), «a touché un échantillon de 2832 élèves des différents cycles du moyen des collèges de la daira de Bouzaréah..


Selon l’étude, «en dépit d’une alimentation variée à la maison, 66% des élèves consomment quotidiennement des sucreries, 63% des pâtisseries et boissons gazeuses et 78% des fritures trois fois
par semaine et 47% des sujets pris en échantillon consomment des aliments qui favorisent l’excès pondéral». L’enquête ajoute que «l’expérience prouve que dans 20 à 70% des cas, les individus
ayant souffert de surpoids durant leur enfance ont tendance à traîner cette pathologie à l’âge adulte».


Dans le même sillage, «les nutritionnistes, pédiatres et cardiologues ont mis en garde contre la prévalence du surpoids et de l’obésité en Algérie, notamment chez les enfants, en raison d’une
fréquentation accrue des fast-foods proches des établissements scolaires et universités». «Le surpoids est devenu un problème de santé publique». «Le surpoids est à l’origine de maladies
graves, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires,arthrites et le cancer», . Ces pathologies, surviennent souvent avec l’âge. Elles sont aujourd’hui de plus en plus répandues chez les
jeunes.


Au total 1 enfant sur 5 est en surpoids en 2008 et en 2015 c'est plus d'après nos statistiques ,il faudrait que l'état intervient:


mettre en place un programme d'éducation nutritionnelle


 stopper l'ouverture multiple (l'un à côté de l'autre ) des fast foot à proximité des établissements


ouverture de cantines scolaires et leur instaurer des menus équilibrés 


des terrains de sport dans tous les établissemments à commencer par le primaire et même dans tous les quartiers


étiquetage obligatoire des produits emballés et contrôle des prix  de ces derniers par notre ministère du commerce 


 interdire les publicités 


contrôle des prix des fruits et légumes 


mettre en place des espases de vies (parcs ,jeux trotoirs conformes et à Laghouat par exemple des pistes cyclables et reprendre le vélo comme autrefois
  (et laisser de coté les voitures pour les voyages seulement)



 


      Conclusion: L'obésité est devenue un problème inquietant à l'echelle mondiale et constitue
un défi majeur de notre siècle et celle çi progresse sans relâche .  Une coordination nationale et voir internationale est essentielle pour lutter contre cette épidémie.


Dr Boucherit Ghania

sarvenazian 06/02/2015 06:53


salam,


Wallah lorsque je vois des parents acheter des pizza ou n'importe quelle autre "malbouffe" dehors, il m'arrive de me demander si c'est par haine pour leurs enfants ou tout simplement dû à la
paresse de la maman !


Une pizza ou n'importe quel plat préparé à la maison, c'est bien meilleur, en tous points de vue, que quoi que ce soit acheté dehors, en plus cela sent bon!


Bien heureux que je ne parle pas d'hygiène ! Avez vous remarqué la mauvaise odeur qui "sort" des lieux de ces gargottes ou "restaurants" beurk et rebeurk !!!

Lakhdar 30/09/2009 12:07




Voilà un autre Laghouati qui se décide enfin de nous donner l'appétit pour ses plats de savoir. Tel que je connais, Hadj Morsli  a de quoi nous
abreuver de connaissances de tous les goûts et de tous les temps. S'il a tardé comme un sage, d'apparaître au rang des grands, c'est certainement  pour se donner l'élan pour se placer  dans un manque que lui seul pourrait combler. Hadj Atallah ! Tu appartiens
 désormais à une communauté qui donne plus qu'elle reçoit



Ton frère Lakhdar Bouhouia