Aurons-nous le courage de nous remettre en question ?

Publié le par LAGHOUATI

Aurons-nous le courage de nous remettre en question ?

Lorsqu’on évoque nos vieux souvenirs d’enfants dans les années 50-60 l’on ne peut que regretter avec une grande amertume la perte des valeurs que nous considérons comme essentielles pour notre développement et notre devenir . Beaucoup de changements sont intervenus pas souvent dans le bon sens , dans le sens que nous désirons pour notre pays et notre peuple. Nous assistons depuis plusieurs années à la perte de la valeur du travail et de l’effort , de la perte de l’esprit de solidarité et entr’aide entre les membres d’une même société, la perte du respect des grandes personnes et la perte des acquis de l’expérience des anciens accumulée à travers le demi-siècle de notre indépendance. Tout cela est triste et malheureux ! pas seulement pour les nostalgiques comme moi qui voudraient tellement que soient maintenues ces belles valeurs mais aussi parce que leur perte porte un sacré coup à nos chances de développement et à une sortie rapide de la situation de sous-developpement et la réduction du fossé qui nous sépare du monde developpé. Parmi toutes ces valeurs perdues celle du travail est celle qui a l’impact le plus direct sur notre developpement. Les jeunes dans leur grande majorité répugnent à l’effort et se comportent un peu souvent comme n’ayant rien à apprendre de leurs ainés. Ceci est grave, trop grave et ses repercussions n’ont pas tardé à se manifester d’une manière criarde dans bien des secteurs de notre économie. Après des décennies d’expériences présentées en leur temps comme étant des expériences miracles qui vont nous hisser au rang des pays développés et dans lesquelles elles ont donné des preuves assez significatives de réussite , on vient aujourd’hui faire table rase de tout cet acquis pour revenir au point zéro. Et en attendant on piétine et on n’avance pas à cause de notre entetement , à cause de nos préjugés , à cause de ….., à cause de beaucoup de choses . Il est temps de revenir à nos valeurs de travail, de concertation , de solidarité et cela n’est pas une mince affaire car nos enfants sont à des lieux de s’approprier ces valeurs qui ne font pas partie de leur culture , ni au sein de leurs familles ni à l’école et encore moins dans leur environnement social. Toute notre politique et notre philosophie de l’éducation sont à revoir , Aurons-nous le courage de le faire et de nous remettre en question ?

Publié dans Mohamed HADJ AISSA

Commenter cet article

Un fidèle du blog 08/11/2015 22:04

Un grand merci à Mr MHL pour son article, non seulement il a sorti les 4 vérités mais il a touché un point très sensible qui nous fait tous peur qui est le devenir de nos enfants avec la mentalité tordue qui règne. Pourquoi on est passé a coté des vraies valeurs??? Et pourquoi on est pris pour une personne périmée quand on parle d'éducation et de respect??? Parfois on nous prend même pour des extraterrestres...
L'arme est tirée et essayons de penser comment faire réapparaître les vraies valeurs auprès de nos jeunes.

lamara 02/01/2015 17:09


Avoir le courage de se remettre en question, tu as visé juste mon cher MHAL. Car, il est urgent  comme tu l’as suggéré,  d’opérer une action de « formatage » de la bulle
artificielle dans laquelle nous vivons pour pouvoir nous placer sur les rails du bon sens. Il serait injuste de reprocher aux jeunes générations leur rupture avec les valeurs du passé. Eux-mêmes
ont-ils un passé ? Ils ne vivent (ne survivent) que dans cette sorte de rêve éveillé de pouvoir, par les artifices d’une loterie désespérée, revêtir une identité occidentale, n’importe
laquelle, pourvu qu’ils puissent la crever cette bulle   pour s’en extraire. Le mal est bien grand mon ami. Le nivellement par le bas, institué dès le recouvrement de
notre indépendance a, fatalement, engendré le délitement de nos valeurs.