Laghouat : Les citoyens se joignent à la protestation par Arezki Bouhamam

Publié le par LAGHOUATI

Laghouat

Les citoyens se joignent à la protestation

 

    

Le feu vert donné en mai de l’année passée par le président de la République pour l’exploitation du gaz de schiste suscite la colère de la rue. Des voix se sont élevées, hier, au chef-lieu de la wilaya de Laghouat pour dénoncer cette décision et appeler la population à la mobilisation. En effet, quelques dizaines de citoyens ont brisé le mur du silence dans cette wilaya du Sud, en organisant un rassemblement à Bab-Edzayer, de 9h30 à 12h, au centre-ville, pour dire “non à l’exploitation du gaz de schiste’’. Les manifestants se sont dispersés dans le calme et aucun incident n’a été déploré.
Issus majoritairement du Comité pour la défense des droits des chômeurs, rejoints par d’autres citoyens dont plusieurs universitaires, les manifestants considèrent que c’est une erreur “irréparable” d’avoir autorisé l’exploitation de cette énergie non conventionnelle. Ce qui explique, selon les manifestants, le choix des banderoles exhibées sur lesquelles on pouvait lire notamment : “Non au génocide collectif”, “Non à la pollution de la nappe phréatique”, etc. Approché, un des initiateurs de cette action a indiqué qu’à travers cette manifestation, ils veulent annoncer le début d’un grand mouvement de protestation pacifique hostile à l’exploitation du gaz de schiste.
À croire individuellement les initiateurs, notamment B. Khencha, la première action pacifique d’envergure est arrêtée pour jeudi prochain. Pour souligner le caractère citoyen de leur action, un manifestant, visiblement universitaire, nous a indiqué que “ce premier noyau d’initiateurs, composé essentiellement de jeunes, s’est concerté dans les cafés, les rues et les quartiers, avant de décider de passer à l’action”. Car, dit-il, ils estiment que le pays est sérieusement mis en danger par l’exploitation du gaz de schiste. C’est la raison pour laquelle ils projettent de faire de la lutte contre cette exploitation leur cheval de bataille durant les prochains jours. Pour ce faire, des concertations sont en cours dans toutes les wilayas du sud du pays, indique-t-il. Et d’ajouter : “Cette action est contre l’exploitation du gaz de schiste qui est en premier lieu le résultat du 4e mandat de M. Bouteflika et des pressions étrangères sur notre pays.” Soutenant la justesse du refus de l’exploitation du gaz de schiste, un universitaire confirme que “la fracturation hydraulique pollue gravement les nappes phréatiques”. Avant de conclure : “La nappe phréatique existante est  beaucoup plus précieuse que le pétrole.”