Le ksar de Taouiala (Laghouat): un site archéologique à réhabiliter

Publié le par LAGHOUATI

Le ksar de Taouiala (Laghouat): un site archéologique à réhabiliter

K1024_ksar-taouiala2
Le vieux ksar de Taouiala
Le vieux ksar de Taouiala, dans la wilaya de Laghouat, constitue un site archéologique historique et un atout touristique de la région, qui, ayant perdu plusieurs de ses composantes, suite à divers facteurs, naturels et humains, est aujourd'hui menacé de disparition.

Ce ksar, qui revêt une importante valeur archéologique et historique, est encore exposé à différents actes de destruction et de vandalisme, en dépit des incessants appels à sa restauration et à la récupération de son cachet architectural initial, selon les intéressés par le patrimoine architectural de Laghouat.

Une fois convenablement pris en charge, ce vieux bâti pourrait constituer un atout touristique, de par son emplacement au milieu des champs de la région de Taouiala, une zone touristique par excellence, recélant des paysages naturels pittoresques, et drainant annuellement de nombreux visiteurs locaux et d'autres wilayas, ont estimé les responsables du secteur du tourisme et de l'artisanat.

Ce patrimoine architectural, bien qu'ayant bénéficié de projets de mise en place de panneaux d'indication et d'une clôture d'enceinte, requiert toutefois une restauration globale, a-t-on signalé de même source.

Le site archéologique de Taouiala, qui s'étend sur près de 250 m de long et 94 m de large, pour une hauteur de 5 m, disposait d'un poste de garde et comprenait deux entrées principales, la première sur son flanc Ouest et la seconde à l'Est.

Le ksar de Taouiala, dont la construction remonte, selon les informations historiques disponibles, à la période d'édification des ksour de Djebel Ammour par les tribus berbères de Béni Rached, était le refuge d'une prêtresse appelée Karsifa, selon la légende relayée par les habitants de la région.

Faute de moyens financiers pour sa restauration, les services de la commune n'ont été en mesure de lancer aucune opération, selon les responsables de la commue de Taouiala.

La commune de Taouiala, située à près de 150 km au nord-ouest de Laghouat, renferme plusieurs ksour similaires, outre d'importants atouts touristiques à même de la placer comme une région de choix pour la réalisation de zones d'expansion touristiques (ZET), voire devenir un pôle touristique.

Commenter cet article

Samir 11/03/2011 12:43


Nos decideurs occupés à se maintenir sur Le Koursi n'ont cure des vestiges qui sont notre memoire et notre Histoire il est vrai que la région de Laghouat celles des MAGHRAOUAS pure ZENETES subit
dans l'indifference coupable le laisser allez de tous des milliards ont été debloqué pour le festival PANAFRICAIN , pour Tlemcen et rien du tout pour la restauration de ce Ksar qui menace ruine, du
FORT BOUSCAREN , de l'EGLISE SAINT HILARION , de la mosquée ESSAFFAH st puis lorsqu'il s'y mettent c'est des veritables massacres qu'ils commettent en toute impunité ( allez voir les dégâts
occasionnés au PALAIS DE KOURDANE ( Cour d'Anne d’après les écrits ) et au DERBOUZ de AIN MADHI ........C'est malheureux que la region la plus ricge du monde puisse mendier quelques sous à des
responsables incultes et en dephsage total avec la marche de l'histoire demain tout se paiera et au prix fort....Samir Amirouche Ouramdane d'Azzouza


Djarnia 11/03/2011 11:41



Bravo pour cette bonne note sur Taouiala, terre des nobles Ouled Sidi Hamza, Ouled Sidi Cheikh...


Le site mérite une attention particulière car attractif par son paysage, son Ksar centenaire, en pierres et ses jardins, mais surtout, il y demeure une hospitalité digne de ses habitants.


J ´y ai vu dernièrement les maisons en ruine de nos grands parents, et le jardin de mon père, toujours entretenu... La petite cité de Taouiala, encore vivante mais encore pauvre en ressources et
infrastructures valorisantes, a été quelque peu rehaussée par la dernière visite du préfet de Laghouat. Néanmoins, elle souffre du manque de petites industries et de centres artisanaux qui
permettraient de fixer durablement enfants et populations du village dont la tradition ancestrale est la générosité de ses habitants qui s´accrochent par travail sans compter.


Nous espérons lui trouver un timbre d´attractivité écotouristique. Il n´y a rien de plus à y démontrer, tout est là.Une attention particulière par le tourisme et les structures d´accueil y est à
édifier en réhabilitant le patrimoine sur place.


Le caractére associatif peut y jouer un rôle de catalyseur...