Le Moudjahid M'barek "El Figuigui"

Publié le par MOHAMMED HADJ AISSA

 

S3010670On continue à l’appeler M’bark el Figuigui  , nom de guerre qui lui a été attribué pendant la guerre de libération. Si M’abarek , de son vrai nom M’barek Mazouz est né à Figuig au Maroc de parents Algériens . Il a vécu toute son enfance à Figuig . En 1954 , année du déclenchement de la guerre de libération , il avait 20 ans ( né en 1934)  Les combats étaient loin mais si M’barek  était animé, déjà à cette époque et malgré son jeune âge , de prendre les armes pour libérer son pays ,le pays de ses parents et de ses ancêtres . L’occasion se présenta en 1956 lorsque fut installée à Figuig une cellule du Front de Libération Nationale . Il prit contact avec cette cellule et fut tout de suite enrôlé dans les rangs de l’ALN. Mais il lui fallut deux années entières pour être autorisé à traverser les frontières pour rejoindre ses frères combattants à El Gaada. Pendant ces 2 années d’attente il reçut une formation militaire qui révéla à ses chefs militaires les qualités de chef que possédait notre jeune ami qui avait alors 24 ans. Il fut chargé , lui le tout jeune soldat, de la dangereuse  et risquée mission de faire parvenir ses compagnons sains et saufs à El Gaada, à des milliers de Km  de Figuig.

Et c’est ce qu’il réussit à y parvenir malgré tous les dangers et toutes les difficultés. Au bout d’une traversée qui dura 43 jours le jeune M’barek  et ses compagnons atteignirent El Gaada .

Il participa à de nombreuses batailles avant de se faire arrêter l’armée française.

S3010671J’avais convenu avec notre ami que je lui poserais quelques questions sur son parcours pendant la guerre tout en insistant auprès de lui pour qu’il se limite aux seules questions et ne pas déborder sur d’autres sujets ou aller dans les petits détails. Mais au fil de la conversation notre ami s’est oublié parce que trop pris par l’émotion que suscite en lui des souvenirs douloureux et je n’ai pas osé l’interrompre.   L’émotion était si forte et la douleur si intense que notre ami a versé de chaudes larmes , ce qui a fait interrompre son discours pendant quelques instants.

Le jour déclinait rapidement et au bout d’une heure j’étais obligé de constater que j’avais échoué dans mon contrôle de l’interview et que ce que j’avais récolté était bien maigre par rapport à ce que j’en attendais.

A la fin de la rencontre je le remerciai pour sa disponibilité et lui promis de revenir un autre jour pour l’écouter parler de son périple de Moudjahid.

Merci si M’barek et à bientôt !

Publié dans NOS VÉNÉRABLES AINES

Commenter cet article

hadjoudja madani 21/03/2016 21:59

tu as oublié l histoire de ton oncle hadjoudja aek vous pouvez faire des recherches ou arfa3 rassek ya si kamal

Djamal Bensayah_Abouanfal 13/12/2015 16:15

بارك الله فيك سي محمد مبادرة طيبة و شجاعة ،أمطت فيها اللثام عن مسيرة رجل عشق الجهاد
فأعطاه الله ما يريد بل و مد في عمره حتى رأى الجزائر تنعم بالحرية التي لا يشعر بقيمتها من لم يذق طعم مرارة الأسر و الذلة أمنيتي أن أرى شبابنا يدرس بعناية و دقة مسيرة هؤلاء الرجال العظام و أ ن يقتدي بهم في صدق النية و قوة العزيمة و الحفاظ على الأمانة وتسليمها كما هي مصونة إلى الأجيال القادمة فالجزائر عربية إسلامية حررها الشهداء بصيحة الله أكبر بعدما صدح بن باديس رحمه الله شعب الجزائر المسلم و إلى العروبة ينتسب من قال حاد عن اصله أو قال مات فقد كذب...لذا كانت كلمة السر التي انطلقت بها الثورة المباركة(خالد +عقبة)قائدان عظيمان و اختيار الكلمة ينم عن رمزية هادفة هادية....

HADJOUDJA KAMEL 02/12/2015 14:18

ALLAH YARHAMOU !
C'est un des symboles de fierté parmi les nombreux valeureux moudjahidines, combattants de L'A.L.N.; qui ont consenti le sacrifice suprême pour le recouvrement de l'indépendance et de la souveraineté de notre pays !! HONNEUR ET GLOIRE A NOS MARTYRS.