Les Mannarattes ... autrefois dans mon village natal .Par Dania

Publié le par LAGHOUATI


Les Mannarattes ... autrefois dans mon village natal .

 images--1-.jpgimages-copie-2.jpg

Fi lilt el Mouloud (la veille du Mouloud)  juste à la tombée de la nuit, les Mannarattes portées par les enfants  embrasaient mon village qui en ces temps là, seules de faibles lueurs de quelques lampadaires éclairaient. 

 Les préparatifs qui durent plusieurs jours font que la soirée soit une fête si exceptionnelle. Ils consistent en la collecte de papiers de bonbons. Dans les commerces du village c'est la fête aussi. Les quantités de friandises s'épuisent aussitôt étalées. Les gosses doublent leurs va et vient dans ces lieux en cette période ; non pas seulement pour satisfaire leur gourmandise mais surtout pour les emballages qu'ils convoitent!! 

Quant à  l'étui d'un "Safi" (marque de cigarettes) vide qui trainerait au bord d'un trottoir, il tournerait facilement en une querelle enfantine avant de finir déchiqueté et sans grand intérêt pour enfin ramener  la trêve!! ( Mais voyons, ce n'est pas du tout ce que vous croyez c'est seulement le papier argenté qui tapisse l'intérieur de l'étui qui serait la cause de la bagarre !! )

 Ces gosses prennent un réel plaisir à la réalisation de leurs manarattes. Pour cela, il faut tout simplement avoir six bouts de roseau de dimensions égales trois  à trois qui une fois bien raccordés entre eux avec du fil de fer ou une ficelle donneront une forme pyramidale.  Puis vient le tour de la décoration. Tous ces emballages de bonbons de différentes couleurs vont rentrer en jeu. Ils sont pliés en nœud de papillon et collés sur la carcasse en roseaux . Le système de collage est très simple : un petit bout de chewing gum mâché et le tour est joué!! Sur les plus beaux c'est à dire les emballages argentés ou dorés  on découpe des étoiles, des croissants, des cœurs, des fleurettes ...  Chaque motif est percé d'un trou où on attache un bout de fil qu'on noue soigneusement aux trois extrémités de roseaux qui forment le sommet de la pyramide.  Les motifs restent alors suspendus, dansant et scintillant de mille feux que reflèteraient les bougies portées par les enfants ce jour là ou encore par les noualattes qu'on accrocherait aussi à la Mannara .

 Juste après sallat elmaghrib (prière du coucher du soleil) le jour du Mouloud, les gosses formant des petits groupes de fillettes ou de garçons, portant leur mannarattes sillonnent le village en chantant devant chaque maison la chanson du "Mouloud" :

 

Mouloud ya Mouloud, Mouloud eNbi

Lala Yamina waldat eSbi

Houdjadj ya Houdjadj, Houdjadj bit Allah

Machaftouch Rassoul Allah

Chafnah ou rinah, fi Makka khalinah

Yatwadha wa issali ou yakra fi ktab Allah

Mouloud ya Mouloud, Mouloud eNbi 

. . .

 

Ils reçoivent dans leurs petits couffins en doum (palmier nain) des friandises, des œufs et quelques fois aussi de l'argent qui les comblent de joie qui se traduit alors en un refrain de remerciements : 

 

"hadha dar eSoltane fih elkhokh wa Rommane" ... 

 

Mais s’ils ne reçoivent rien, c'était plutôt un refrain qui disait :

 

"hadha dar echaytane fih lakmale wa sibane" 

 

et ils repartent dans les deux cas dans la joie de la fête  ... pendant que dans le tout le village,  parviennent de la mosquée les lectures incessantes du Coran ... de partout les chants des enfants ... et de temps à autre des éclats de pétards bien timides ...

 

 La ballade des mannarattes s'achève  selon les saisons vers 21, 22  ou 23h  par le partage des dons  entre les gosses du même groupe .

Mais la soirée est loin d'être finie ...  des tam tam , des chants et des youyous se font entendre et se prolongent encore dans la nuit ... 

 Le lendemain, c'est la tamina qui est échangée entre voisines ... et dehors entre copains et copines, on exhibe les mains bien rouges de henné mis la veille en famille, juste avant que le sommeil ne close cet air si chaleureux !! 

 

Que de joie, que de convivialité était 

Le Mouloud dans mon village adoré !! 

 

Sincère Amitié

 

DANIA

 

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

BENMESSAOUD Ahmed 07/01/2015 09:16


Une Dame narratrice nous retrace avec fidélité une de nos fètes à rémomèrer avec joie! Une Révèlation en ce début de l'année 2015 !

Soukehal Djamal Abdenasser 07/01/2015 07:57


J'ai vécu cette situation à Miliana un Mouloud de l'an 199.


C'était impressionnant ….


La fête du Mouloud, au Sud Est du pays et à Miliana et environs,  n'a pas son égal dans le pays.


Tout le monde participe.


Une communion se crée. Impossible de l'expliquer ….de la commenter ….elle est là ….tout le monde sans exception …participe..psalmodie…chante …….ce jour-là….ces jours-là ….le
peuple est heureux ….ça  n'arrive pas souvent …le reste de l'année ..ANSEJ…..Social…..crédit bancaire…..CNAC…..ANGEM….Gaz de schiste ….isme ……


 


J'ai tiré cet article de l'internet '' Beni Abbès célèbre El Mouloud (la fête de
la naissance du Prophète Mohammed (QSSSL), chaque an pendant 12 jours qui précèdent l’anniversaire. Le havre de paix résonne alors de baroud et de youyous. Timimoun, la rouge, lui emboîte
l’ambiance et psalmodie Ahellil = Tahallil (NDLR) (chant religieux et d’amour), le 7e jour du Mawlid ennabaoui acharif. Sboue est
un acte de foi, de prosternation, de sagesse, de recueillement. L’enchantement dans des chants monocordes, pleins d’ivresse.(Saliha Aouès) …..

BENBEHAZ Kaddour 07/01/2015 07:09


Bravo Dania pour ce beau texte plein de couleurs , de lumères et de vie ! Tout est magnifique , tout inspire la joie , la sécurité , l'amour : c'est la fête de la naissance de notre
Prophète Sidna Mohamed QSSSL ! Beaucoup de souvenirs résurgissent  chez moi ... surtout les chansons ! Merci Hadj Mohamed pour ces belles lectures que tu nous apportes !

LAGHOUATI 07/01/2015 07:32



oui hadj Kaddour , ravissant ce texte qui inspire beaucoup de beaux souvenirs d'enfance et nous réconcilient avec notre passé que d'aucuns veulent enterrer