Messaoud et Bachir : ils sont restés les joyeux collégiens des années 60

Publié le par MOHAMMED HADJ AISSA

Messaoud et Bachir : ils sont restés les joyeux collégiens des années 60

S3010425

S3010426

S3010429

 

Ce sont Bachir Bederina  et Messaoud Chettih . Je les connais depuis à peu près un demi-siècle, c’est Peu dire !

Je les ai connus en tant que camarades de classe au CEG du centre en classe de quatrième.  Je les ai revus  hier.  Toujours les mêmes en dépit  du poids des ans qui a, certes fait son effet sur les corps mais pas sur les esprits et les caractères.

Toujours aussi plaisantins, toujours aussi farceurs, ils le sont restés jusqu’au bout ,

Ils étaient toujours ensemble, inséparables, on ne  pouvait pas apercevoir l’un sans que l’autre ne surgisse de ne je sais où pour compléter la paire.

Je les revois comme si c’était hier en train de chuchoter au fond de la classe en plein comptage des « n’est-ce pas » de si Abdelkader Lachkem Allah yarahmou ou encore de faire rire avec leurs blagues les deux autres « plaisantins » Morsli Benhorma dit Don Gormas ( le père de Chimène du Cid) et Mohamed Hadj Aissa Ben Larabi dit « le corbusier ». Ils les faisaient rire mais en se gardant , eux mêmes, de rire et les sanctions pleuvent toujours sur leurs deux malheureux compagnons qui ont le sacré défaut  de rire à voix haute et en fermant les yeux

Je les revois encore affubler tous leurs camarades. de sobriquets et de surnoms qui leur sont restés à ce jour sans qu’eux-mêmes aient eu quelqu’un qui se  serait aventuré à leur attribuer des surnoms.

Je revois notre ami Messaoud essuyer une mémorable raclée par notre maitre vénéré Hadj kada  à la suite d’une grosse « bourde »qui lui a été « inspirée » par son compagnon Bachir qui s’en sortit indemne.

On ne finira jamais de parler de nos deux amis, il y a tellement de belles choses à raconter à leur propos, je vais me contenter de çà en attendant de revenir sur le sujet une autre fois.

Merci mes Amis de m’avoir permis de revivre pendant quelques instants les merveilleux moments que nous avons passés ensemble, des moments inoubliables , sublimes, qui nous font oublier pour un temps la médiocrité ambiante .

Publié dans SOUVENIRS

Commenter cet article

Youcef Laghouati 25/09/2011 19:26







MOHAMMED HADJ AISSA 25/09/2011 22:41



UNE RENCONTRE D’AMIS PAS COMME A L’ACCOUTUMEE  Par Youcef Laghouati


Croyez- moi j’ai eu les larmes aux Yeux en dévorant d’un regard très attentif ces photos de « jeunes vieux » de notre
ère malgré la petite différence d’âge sauf Madani qui était copain de classe jusqu’au cours complémentaire. J’ai longtemps savouré ces poses, plus exactement mon frère Messaoud que je n’ai pas
rencontré depuis les belles années 79/80 lorsqu’il était à Régaia, j’espère qu’il s’en souvient lui aussi. Toutefois un chaleureux bonjour à toute cette équipe de jeunesse ; et merci Si Hadj
Mohamed toujours trempé dans les bonnes archives.



Soukehal Djamal abdenasser 25/09/2011 12:57



Vous me rendez jaloux, la compagnie de gens simples et biens et de surcroît intellectuels me manque énormément dans mon ermitage. Mes sincères amitiés à nos maîtres.



Mohamed HADJ AISSA 25/09/2011 09:49



je n'étais pas du tout inspiré en écrivant , ce matin , cet article , je croyais que le sujet allait m'inspirer mais ce n'était pas du tout le cas. Je fais donc appel à l'inspiration de mes amis
Bachir et Messaoud pour qu'ils m'apportent leurs secours.  Je sais que vous en avez à raconter sur cette période faste de noter vie de collégiens