Pour que nos jeunes sachent l’histoire de leur ville (10)

Publié le par LAGHOUATI

 

La vie religieuse et culturelle

L’enseignement  aux enfants du livre saint, le Coran et les Hadiths ainsi que les sciences de la vie, est assuré par les Mahedras où les enfants apprennent simultanément à lire, écrire avec des Talebs et des Imams.

La Lawha, Kalam, Smak et Saysal sont les fournitures nécessaires à l’apprentissage. Les Foukahas animaient des conférences et des débats à caractère intellectuel pour les habitants. La ville jouissait d’une activité intellectuelle et spirituelle intense dans les mosquées et les rencontres dans les cafés maures.

L’administration de la justice (mise en place lors de la période turque) est exercée dans la Mahakma selon le rite sunnite Malékite par le cadi assisté de Bachadel, Oukil, Adel, Mefti, et Oulémas.

C’est avec cette structure  propre, qualifiée et compétente qu’ont été assainies et apaisées la vie communautaire, les relations et les transactions marchandes à Laghouat.

Laghouat fournit un nombre important de cadis pour la ville et les ksours; certains exercent la fonction à Ghardaïa, Ouargla, Messad, Zenina, Setif, etc.

Les Oulémas de Laghouat sont en grand nombre et se spécialisent dans le Fikh (la pratique, l’héritage, les relations et le commerce etc.)

Ils sont de ce fait très  souvent sollicités  par des personnes venues d’ailleurs et d’autres oulémas en mission, chercher une Fetwa et des solutions à des problèmes.

Les grandes Tarikas soufies Chadoulia, Quadiria, Tidjania, Azzouzia, Taybia,

Sont représentées dans la ville par des groupes de Mouridines d’Ahl Edhikr sous l’autorité spirituelle d’un Moqqadem qui entonnent les Kassaid de la Hadhra le soir tard dans la nuit. Le Dhikr et le Samaa soufi sont très pratiqués.

Les Fouqaras et Ikhouans Laghouatis , tout en menant une activité normale adoptent une vie de Zouhd et de Qourba et affichent de façon ostentatoire un mépris des richesses qui leur vaut le qualificatif de « Rakhassa fi ilmal »

Les Meddahs fascinent le public par leurs récits sur la Rahba et passionnent les foules avec des contes ancestraux et des récits chantés en flattant le prestige de Sidna Ali avec sa fameuse épée et tant d’autres personnages légendaires. …. »

 

Extrait du livre «  La Bataille de Laghouat- Le Génocide-«  de Mohammed Chettih

Publié dans Chettih mohammed

Commenter cet article

Soukehal Djamal abdenasser 28/01/2011 02:51



et encore Vlan pour les indécis et les colporteurs de mensonges sur une ville martyre. Je réitère ma pensée, elle ressemblait aux cités florissantes italiennes. Pour
les non initiés, jusqu'à ce jour l'administration de Laghouat est réputée comme étant la meilleure en Algérie.