Sur les traces de notre regretté Ferhat MOKHTARI ( Allah yarahmou)

Publié le par MOHAMMED HADJ AISSA

Atik 1

Atik 2

Atik 3

Atik 4

Atik 5

Cheraka 1

Cheraka 2

Cheraka 3

 

Notre grand reporter MBG est retourné sur les traces de notre regretté Ferhat Mokhtari  qui se dépensait sans compter pour ce qui est devenu « son projet majeur», la restauration de la vieille ville de Laghouat et le patrimoine de nos ancêtres. Une façon pour notre reporter pour nous dire « N’oubliez pas celui a œuvré jusqu’à son dernier souffle pour Laghouat et son Histoire, Ayez pour lui une pieuse pensée » Allah yarham notre grand disparu et Bravo mon frère MBG pour cette très aimable attention pour l’être exceptionnel qu’a été Ferhat !

______________________________________________________________________

 

Sur les traces de notre ami Feu Farhat.

 

Ces photos ont été  prises le samedi 22 Octobre, j’étais avec un ami venu de loin qui m’a supplié de faire un tour à Laghouat avec lui, le vieux Laghouat surtout.

Devant plusieurs ruines nous avons versé des larmes car nous nous étions  rappelé notre ami le Chahid Al Marhoum Farhat qui avait un grand projet pour la restauration de ces ruines et la réhabilitation de ces quartiers.

Je vous laisse le soin de commenter ces photos qui font frémir, quant à moi je pose une seule question !

Que devons nous faire ? Apostropher les responsables de ce chef lieu de wilaya , responsables élus, et désignés par l’état ?

Ou bien encore  Préparer une étude bien documentée et bien argumentée en faisant appel à son excellence Monsieur le Président de la République qui a beaucoup d’affection pour cette ville,

Si nous ne pouvons pas bouger en ce sens autant nommer Laghouat « capitale des ruines et des effets abandonnés pour l’an 2012 ».

 

Gouhiri Med Bachir

Publié dans GOUHIRI MED BACHIR

Commenter cet article

mustapha 26/10/2011 18:51



Voila ce qu'a dit Eugène Fromentin, écrivain et peintre Francais à propos de notre ville 'Laghouat'' lors de sa découverte du sud Algerien, je cite : "Laghouat reconnaissante"
:Il y a dans ce pays je ne sais quoi d'incomparable qui me le fait cherir. Fin de citation. Moi je sais ce que c'était,. c'était le beauté, la somptuosité de la ville, la
noblesse et la bonté de ses habitants.La question posée est de savoir ce que fait tout ce monde d'élus, de député, de consultants et de je ne sais quoi ? Regardez ces ruines de Zgag el hadjaj, de
Saffah, de l'Ex rue des cordoniers (rue opposée à Zgag lihoud) Croyez moi, vous ne trouverez jamais ces pitoyables tableaux dans d'autres chefs lieux de Wilaya qui ont distancé la notre. Honorer
jadis au rang de prefecture des Oasis, notre ville martyr est tombée bien bas. Pour le moment, les genies du mal peuvent se frotter les mains.



apoka 25/10/2011 22:30



ni article ni loi rihe fi rihe  



Soukehal Djamal Abdenasser 25/10/2011 21:44



Entièrement d'accord avec toi mon ami.


Demandons à ce que le décret exécutif N° 11-141 du 28/03/2011 portant création et délimitation du secteur sauvegardé du vieux Ksar de Laghouat soit appliqué dans sa totalité. 


Nous disposons d'un ancrage juridique, à nous de bouger...


Article 1er: En application des dispositions de l’article 42 de la loi n° 98-04 du 20 Safar 1419 correspondant au 15 juin 1998,
susvisée, il est créé un secteur sauvegardé du vieux Ksar de Laghouat dans la wilaya de Laghouat dénommé « vieux Ksar ».


 


Article 2: Le secteur sauvegardé du « vieux Ksar de Laghouat » d’une superficie de 30 ha 5 ares 34 ca est délimité, conformément
au plan et au tableau des coordonnées géographiques annexés à l’original du présent décret, comme suit :


. au Nord : par la rue Merad Mohamed ;


. à l’Est : par la rue Pasteur (El Dalaa) ;


. au Sud : par la rue de la Palestine et la rue du 4 décembre 1854 ;


. à l’Ouest : par le boulevard de l’Indépendance et le boulevard des Martyrs.


 


Article 3: Le présent décret sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.


Fait à Alger, le 23 Rabie Ethani 1432 correspondant au 28 mars 2011.


Ahmed OUYAHIA.


....